• Skyrim - Prélude II

    Prélude II :

    Helgen en Feu

     

    On commençait à descendre de la colline. Nous étions 4 dans une charrette. Je mettais du temps à émerger, le gars ne m'avait pas loupé. Mes mains étaient attachées, je devais être pris pour un brigand, il est vrai que j'avais une sale gueule bien terreuse. Les gars qui nous emmenaient semblaient être des soldats, leurs armures avaient un certain charme. Le type devant moi commençait à me parler bien que je ne l'écoutais point. Il disait s'appeler Ralof et continua à discuter avec un des autres mecs arrêtés, ce gars-là semblait par contre nerveux. Il n'arrêtait pas de dire qu'il venait de Lenclume et qu'il n'avait rien fait. Il s'appelait Lokir. Tout à coup, je remarquai que l'homme à côté de moi était bâillonné. Ralof semblait heureux que ce mec-là soit avec nous, il disait de lui qu'il était le véritable Haut-Roi de Bordeciel. Jusqu'à ce que le mec qui nous emmenait, le Général Tulius, nous ordonna de nous la fermer. Puis les deux gars prisonniers continuaient à parler, moi, je m'en foutais car j'avais assez de mal à suivre.

    On arrivait dans un village. Il se nommait Helgen, comme le disait le Général Tulius. On nous ordonna de descendre de la charrette. Ralof nous avoua que l'on s'apprêtait à nous exécuter - ils nous avaient vraiment pris pour les brigands - Lokir était par contre complètement affolé à la vue du bourreau. Dans la panique, il s'était enfuit en courant, mais les flèches des soldats eurent rapidement raison de lui. Ralof continuait à acclamer le fameux Haut-Roi qui était resté très silencieux durant le voyage. Débâillonné, j'appris alors de Ralof et des soldats que le nom de cet homme était Ulfric Sombrage. Et très vite, je compris alors qu'en cette terre où j'étais nouveau, il existait une guerre civile entre la rébellion d'Ulfric -Les Sombrages- et ces soldats qui nous avaient arrêtés -Les Impériaux-.

    Avant l'exécution - Ulfric et le Général Tulius

     

    En tant que Dieu d'Alphasia, j'ai déjà rencontré cette situation un bon nombre de fois parmi les siècles. C'est le genre de guerre qui s'éternise. Bien qu'elle ne fasse point rage toujours, les tensions se refroidissent durant les années, pour mieux s'échauffer lorsque l'occasion se présente.

    Tout à coup, un hurlement lointain résonna. L'inquiétude s'installa parmi les femmes et hommes. Mais le Général Tulius nous ordonna à nouveau de nous la fermer. L'exécution devait commencer le plus rapidement.

    Le premier Sombrage fut décapité.

    C'était à mon tour.

    Un nouvel hurlement retentit. Les Impériaux s'inquiétaient et scrutaient les cieux. Ce cri lointain se rapprochait et n'avait rien d'habituel.

    Je m'avançais devant le bourreau, me disant que mon aventure dans ce monde n'aura pas fait long feu...

    ...Puis le feu tomba des cieux.

    Le feu tomba du ciel

    La hache ne me trancha point la tête, car le bourreau succomba sous les flammes. Autour de moi, c'était la panique. L'explosion enflammée qui avait atteint le bourreau fit sonner ma tête tandis qu'un hurlement stridant brisa mes oreilles. Dans la folie, je suivis Ralof dans une tour en face de nous.

    Combattre le feu inattendu

    Laissant les femmes et hommes paniquer sous la pluie de pierres et de flammes, nous nous enfermâmes, Ralof et moi, dans le donjon. Sonné par cette pagaille, je n'ai pas vu grand chose, mais les hurlements m'étaient familiers, et Ralof confirma mes pensées :

    "Un dragon ! Mais je pensais qu'il de s'agissait que de légendes nordiques... De contes pour enfants !"

    L'éveil des contes

    Oui. C'était bien un dragon, et inutile d'attendre que la situation ne se calme. La bête était déchaînée dehors. Les murs de la tour tremblaient dangereusement. Ralof retira les liens de mes mains et me conseilla d'utiliser l'équipement de son compagnon mort, Gunjar. M'équipant rapidement, je suivis alors Ralof, car il nous fallait quitter Helgen au plus vite. 

    Ulfric était avec nous dans la tour, mais il prit la décision de s'échapper seul. D'après lui, c'était la meilleure solution pour échapper à la fois au dragon ainsi qu'aux Impériaux.

    Fuir Helgen

    Au moment où nous grimpions les escaliers, le mur éclata devant nous et le dragon cracha des flammes dans la tour avant de se retirer. Par chance, nous ne fument point blessés, et nous profitions du trou dans ce mur pour sauter sur le toit d'une maison. Là, très vite, nous redescendîmes au sol où nous trouvions des Impériaux jurant qu'ils allaient se lancer à notre poursuite après s'être occupé du dragon.

    Skyrim - Prélude II

    Je m'en foutais, je suivis encore Ralof dans une autre tour afin de trouver un passage sous-terrain pour pouvoir fuir de Helgen sans trop de soucis. A partir de là, ce fut un incroyable merdier !

    Dragon et Impériaux

    Entre les Impériaux que nous tuions et les chutes de pierres dû aux attaques du dragon, je ne comprenais plus grand chose, je me contentais seulement de suivre Ralof en éliminant tout ce qui nous barrait la route.

    Fuir le dragon - Tuer les Impériaux

    Après quelques longues minutes à courir -sans vraiment savoir où- dans de longs tunnels sous le village, nous arrivions enfin à une sortie en dehors de Helgen.

    Dans les cieux, nous vîmes le dragon noir se retirer au lointain.

    La sortie

    Nous avions échappé de peu à cette soudaine attaque. Je me séparais alors de Ralof qui me conseilla d'aller voir sa soeur au prochain village, Rivebois.

    Moi, je m'en foutais. 

    Je continuais à marcher en prenant le temps de contempler le paysage.

     

    Nouveau Monde.

    « Origins - EluveitieSymphonies d'Alphasia VI - le Siège de Sy'Maloth »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :