• Nightmarius

    Walking of the Hellish Black Horse

     

    (Le texte à lire ->ICI<- )

     

    Racines et ailes s'enlacent à nouveau,

    Retournant l'espace-temps,

    Une autre guerre des éléments,

    Sous un sombre Ciel pourpre,

     

    Malédiction regarde partout,

    Et vient de n'importe où,

    Incarnant l'innoncence vengeresse,

    Le silence de la mort noire,

    Quauquemaire s'est réveillé,

    La nuit est totale,

    Les éléments brûlent sous ses lourds sabots,

    Sa crinière tranche les vents divins,

    Et on dit aussi que les plantes ne poussent plus aux alentours de son passage,

     

    La beauté de ce paysage grandiose,

    Reflète ainsi celle de la bête,

    The walking of the hellish Black Horse,

    Through a landscape of freedom and peace,

    The Nigthmare of the world,

    Walking always under the night,

     

    Le Diable a abandonné sa monture,

    Qui n'ose plus regarder la confiance,

    Ni l'amour, seulement l'amitié,

    Il n'attend que le somme de ses futures victimes,

     

    Mais comme le Diable jouait,

    Le cheval noir punira,

    Car à présent sans cavalier diabolique,

    La sauvagerie de la liberté le guide,

    Vers les aurores d'un monde si triste,

    Pour simplement le terrifier,

     

    Personne ne le voit,

    Rares ne l'évoquent,

    Car qui a le courage de parler de ses propres cauchemars ?

    Cet effroyable rêve qui paralyse tout ce qui vit,

    Et dévoile nos pires faiblesses,

    Aboutissant ainsi à notre plus grande honte,

    Nous gardons nos cauchemars,

    Car les évoquer est si ridicule,

    Nos propres cauchemars sont les reflets de notre identité en tant que faible,

     

    Et ainsi,

    Il regarde l'étendu des mers sous le mystérieux ciel,

    Les larmes des anges sont les siennes,

    Qu'il ne peut plus faire tomber,

    Puisque si les émotions ne sortent plus de notre coeur,

    Alors elles passent par celui du monde,

     

    Au loin, un enfant vient de s'endormir,

    A des miles d'ici, dans un petit village d'Ecosse,

    C'est un enfant qui fait pleurer ses parents,

    Il ne fera plus jamais aucun doux rêve...

    Le galop de la nuit le rattrapera toujours !

    « Bor'Unur, Là Où Pleure Le PéchéNightmarius III »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :