• Artorix - Le Roi Ours du Haut Nord

    Artorix

    Il était à présent temps de voyager à nouveau à travers les vastes contrées de Bordeciel. La Crevasse ne m'étant plus du tout très accueillante (à se demander si elle l'avait vraiment été...) je songeai à chevaucher droit vers l'Est,  à l'autre extrémité de Bordeciel. Et après un petit coup d'oeil sur ma carte, je n'hésita point un instant : Il était temps pour moi de me rendre à Vandeaume où siégeait Ulfric Sombrage afin de mieux faire connaissance avec lui et pourquoi pas intégrer la rébellion contre l'Empire qui m'a bien montré ses bavures depuis mon arrivée dans ce monde.

    Le voyage fut long mais assez mouvementé. Après deux jours de chevauchée, j'arrivais enfin aux portes de Vandeaume au beau milieu de la troisième nuit de voyage. La ville était véritablement sublime. D'un blanc presque macabre, mais étrangement si enchanteur. J'ai déjà entendu beaucoup de mal des citoyens de Bordeciel disant que Vandeaume était une ville trop abrupte et mal construire. Mais ce côté rustique me plaisait bien, et au moins, à l'intérieur des bâtisses, les gens ne se plaignaient pas du froid, car malgré tout, la pierre conservait très bien la chaleur de la cheminée. Néanmoins, il y avait un malaise vis-à-vis des Elfes Noirs. Ils se plaignaient d'être placardés dans le quartier le plus miteux de la ville... Mais lorsqu'on s'y intéresse un peu plus, on se rend rapidement compte qu'il n'y a pas vraiment de coupable dans cette "stigmatisation" des Elfes Noirs. Les Nordiques se plaignent qu'ils volent leur boulot et leur lieu de vie. mais en retour, les Elfes Noirs se plaignent de ne pas être apprécié, voir même, rejeté par les Nordiques. Là, c'est surtout les rumeurs de la rue qui sont responsables de cette stigmatisation. Car au final, Vandeaume a été la première ville à accueillir les Elfes Noirs après le désastre du volcan de Morrowind qui a poussé à leur migration vers Bordeciel. Et ça, c'est important de ne pas le négliger. Ulfric leur a certes laissé un quartier uniquement dédié à eux, mais il aurait très bien pu les rejeter simplement et refuser de les loger. Et puis, s'ils se plaignent de l'état de leur quartier, ils oublient que Vendeaume n'est pas la ville la plus confortable de Bordeciel. Ce quartier n'a pas été construit à l'arrache uniquement car ils n'étaient pas Nordiques, mais car il était ancien et surtout propre à l'architecture générale de la ville.

    Une fois le tour de la ville effectué, je me rendis à la cour royale où se tenait Ulfric Sombrage. Face au roi, un long échange entre lui et moi eu lieu. On parlait de tout, d'abord de la catastrophe de helgen avec le mystérieux dragon noir, mais très vite, nos sujets de conversation ont rapidement tourné vers la situation politique de Bordeciel. J'admirais pleinement Ulfric. Il était d'un calme impérial et hurlant de réalisme. Ses opinions vis-à-vis de l'Empire actuel confirmaient bien mon acquis à ce sujet lors de mon voyage. L'Empire n'a pas la stabilité nécessaire pour se procurer Bordeciel. Très fragilisé par le Traité de l'Or Blanc imposé par les Haut-Elfes du Thalmor qui sont, d'une certaine façon, les possesseurs de Bordeciel, l'Empire ne parvient pas à trouver sa place au Haut Nord. Selon Ulfric, il était inadmissible que Bordeciel voit ses traditions écartelées par le bras de fer titanesque entre l'Empire et le Thalmor. Seule son indépendance pouvait sauver Bordeciel au risque qu'elle ne perde pleinement son identité.

    Les Sombrages m'attendaient.

    La Symphonie de Guerre n'était pas prête de s'achever en Bordeciel.

     

    « La Conspiration des Parjures IIVendeaume »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :