• Everything Fades to Gray

    On culpabilise toujours l'enlacement de la Nuit,

    Lorsque le souffle s'estompe à l'aube des cendres,

    Ainsi le temps passe dans l'attente d'une peau de suie,

    Avant que la Faux Ténébreuse ne vienne nous prendre,

     

    Désormais les yeux se ferment à toute aube,

    Nous devenons les nouveaux endormis du jour,

    Voyageant droit vers le si craint crépuscule,

    Pensant rechercher l'éternité de la nuit,

     

    Nous forgeons toutes les nuances de gris de la Finalité,

    Sans partir en quête de l'essence même de cette Vérité,

    Nous nous noyons dans toutes ces nuances de gris pour l'Eternité,

    Sans se douter que le parcours de la vie est cette clé,

    Ainsi résonnent les nuances de gris,

     

    Nous craignons vagabonder sur un chemin d'étoiles,

    Se risquant de sombrer vers l'inconnu absolu,

    Négligeant que la Fin se mouve telle la danse d'un voile,

    Courons avec la conviction que toutes voies continuent,

     

    Nous forgeons toutes les nuances de gris de la Finalité,

    Sans partir en quête de l'essence même de cette Vérité,

    Nous nous noyons dans toutes ces nuances de gris pour l'Eternité,

    Sans se douter que le parcours de la vie est cette clé,

     

    Ainsi résonnent les nuances de gris,


    votre commentaire
  • The Prophet Revelations

    [Voyageant à travers le Tunnel de Lumière après avoir été assassiné par son frère, Faeroth fut stoppé dans son envol vers l'Au-delà par une ombre au coeur du Tunnel. Cette ombre était celle du prophète Erxalion qui lui révéla que sa mort était nécessaire pour accomplir sa quête mais que rien n'était écrit concernant le déroulement de celle-ci. Par conséquent, les dieux ne pouvaient s'attendre à ce que le Prince succombe déjà et encore moins de la main de son frère. C'est ainsi que le prophète répondit aux questions du Prince des Etoiles avant qu'il ne revienne sur Terre.]

     

    Faeroth :

    "Je vagabonde seul en initiant cette étrange quête,

    Est-ce donc cela, la Solitude, que je dois endurer tout le long de mon voyage ?

    Je sens que mon âme se perd dans les limbes de l'Espace,

    Etre piégé au coeur d'un jeu divin,"

     

    Erxalion :

    "Je comprends ton désarroi,

    Rien dans ce monde ne pouvait s'attendre à ce que cette épée,

    Perce ton coeur pur et ton âme sainte,

    Mais aucun dieu n'est responsable de ce sort"

     

    Faeroth :

    "Depuis l'aube de mon aventure,

    Je ne fais plus aucun rêve,

    N'y a-t-il donc aucune clé ? Est-ce cela la route initiatique vers le Néant ?

    Y a-t-il réellement un ennemi dans cette histoire ?

    On me parle d'âme pur mais cela ne rapporte peu,

    J'erre sur des chemins inter-dimensionnels."

     

    Erxalion :

    "Tu penses chercher des indices mais il n'en est rien,

    L'essence de l'Espace n'est pas une réponse à une question,

     Elle n'est que son propre être - les passages infinis,

    Ne cherche pas les clés, trop ont chuté dans ces aventures,

    Il n'existe pas de réponse à l'infinitude,"

     

    Faeroth :

    "Si la mort ne peut m'arrêter,

    Alors l'éternité m'enlace,

    A moins que la mort ne soit qu'une simple bouffonerie,

    Car je me vois faire demi-tour dans ce Tunnel Lumineux,

    Alors que mon coeur saigne encore,"

     

    Erxalion :

    "Et si la mort n'est pas la clé de la fin,

    Peut-on dire que celle-ci existe ? Ou la Fin ?"

     

    Faeroth :

    "Certains ont vécu toutes les valeurs et les peines de la vie,

    Alors que je ne suis qu'à l'aube de mon existence,

    Et l'on m'ouvre déjà les chemins des essences des choses,

    Les échos de la galaxie s'étendront lorsque mes pas fouleront la toile de pourpre,

    Des chants lyriques spatiaux répondront aux poèmes épiques temporels,

    La danse de l'Espace-Temps s'ouvre au voyageur errant,

    Vers les univers où les lois de l'épique s'estompent,

    Prennent source les contes nouveaux de ce qui nous entoure."

     

    Erxalion :

    "Ainsi, tu te réveilleras sous ce chêne ! Ton Royaume est en danger, dégaine ton épée !

    Tu te lèves la douleur au coeur mais l'âme astralisée,

    Les dieux ne t'ont pas choisi, mais tu es leur réponse !"

     

    Faeroth :

    "Sachant que la mort n'est pas limite de l'Espace-temps,

    Il est temps qu'un trône trouve son roi parmi les étoiles,

    Je me lève la douleur au coeur, mais mon âme est astrale,

    Les divins ne me concernent plus, les univers sont ma réponse !"

     

    Erxalion :

    "Les échos de la galaxie s'étendront lorsque tes pas fouleront la toile de pourpre,

    Des chants lyriques spatiaux répondront aux poèmes épiques temporels,

    La danse de l'Espace-Temps s'ouvre au voyageur errant et solitaire,

    Vers les univers où les lois de l'épique s'estompent,

    Prennent source les contes nouveaux de ce qui nous entoure."

     


    votre commentaire
  • Interlude :

    Vita Reducta II (SpaceLaws)

    [Averti du don unique de son fils, le Roi Baraoth des île du Sud prit la décision d'en faire son héritier direct en lui léguant hommes, forts et fortune malgré le refus de son fils aîné, Maëroth, qui se senti alors humilié et abandonné par sa propre famille royale. Fou de rage et dévoré par la jalousie, Maëroth organisa un traquenard en collaborant avec des bandits à l'encontre de Faeroth. Encerclé et seul contre tous, le jeune prince eut le coeur percé par l'épée de son frère.]

     

    Faeroth :

    "Où suis-je ? Quelles sont ces étranges et sublimes lumières ?

    La douleur me tord le coeur... Que s'est-il passé ?

    La  mort m'a-t-elle déjà emporté ? Non, c'est impossible...

    Quel crime ont donc commis les dieux ?"

     

    Erxalion :

    "Jeune prince. Je comprends ton incompréhension.

    Mais ne t'en prend pas aux dieux, ils n'ont pas demandé la folie de ton frère ainé.

    Néanmoins, celle-ci fut nécessaire bien qu'inattendue de cette sorte,

    La Mort est le passage au travers des dimensions spatiales,

    Ainsi que la véritable aube de ta quête."

     

    Faeroth :

    "Mais que va-t-il advenir du royaume ?

    Qui êtes-vous ?"

     


    votre commentaire
  • Ride On StarSkies

    [Considérant les mots de la mystérieuse magicienne Annyazth, le Prince Faeroth quitta ses amis afin de s'aventurer seul dans cette quête unique pour un monde. Uniquement accompagné de son cheval Pask-Ur, le jeune héros galope désormais sur les mers, forêts et collines  en quêtes des ingrédients spirituels qui lui permettront de forger le chemin vers son destin.]

     

    Il était une fois dans un monde si distant,

    Un prince était parti dans une aventure,

    Dans laquelle seuls les astres étaient son guide,

    Galopant sur les cieux étoilés,

    Il portait le destin de tout un monde sur ses épaules.

     

    Ni ange ni dieu pour comprendre ses maux célestes,

    Seul, le prince marchera à travers la Voûte étoilée,

    Hors des frontières de tout monde,

    Afin d'illuminer des cieux nocturnes.

     

    Les mystères de la galaxie seront les pages de ce conte,

    Ecrit par l'encre de l'aventure du Prince des Etoiles,

     

    Tandis que sa dulcinée recherche les héros antiques,

    Afin de comprendre l'être d'un sinistre mal en Alphasia,

    Le prince doit trouver ou forger ses propres chemins,

    Car aucun Dieu ni maître ne pourra lui dévoiler les traits de ce destin,

     

    Par-delà les limbes de l'infinitude pourpre,

    Hors des horizons éternels des mondes,

    Une chevauchée effrénée se déverse sur les toiles galactiques,

    Les mystères de l'Espace-Temps gardent leurs secrets primordiaux,

    Jusqu'à sur qu'une main ne viennent tirer sur cette toile pourpre.

     

    Chevauche ! Faeroth, Prince des étoiles !

    Honore ton père, le Roi des îles du Sud !

    La Voûte Nocturne t'attend...

     

    Une quête où l'union et le guide divin, spirituel se perdent,

    Où les fondements des mondes seront explorés de nouveau,

    Chevauche ! Prince des étoiles !

    La Voûte Nocturne t'observe !

     

    Tandis que les bardes chantent le retour des héros d'antan,

    Dans toutes les tavernes d'Alphasia et des autres mondes inconnus,

    Ta quête s'écrira dans les ombres des vivants et des morts,

    Tu seras le forgeron de ta propre voie étoilée.

     

    Par-delà les limbes de l'infinitude pourpre,

    Hors des horizons éternels des mondes,

    Une chevauchée effrénée se déverse sur les toiles galactiques,

    Les mystères de l'Espace-Temps gardent leurs secrets primordiaux,

    Jusqu'à ce qu'une main ne viennent tirer sur cette toile pourpre.

    Des plus profondes abysses aux forêts enchantées,

    Tu récupéreras les ingrédients pour forger ton destin,

    Parmi les étoiles, le Ciel Nocturne pose son regard sur toi.

    Par-delà les limbes de l'infinitude pourpre,

    Chevauche ! Faeroth, Prince des étoiles !

    Jusqu'à ce qu'une main ne viennent tirer sur cette toile pourpre.


    votre commentaire
  • Prélude :

    -Lorsque les Cieux de la Nuit s'Estompent et le Temps s'Epuise-

     

    [Il y a des histoires qui commencent par un rêve, certaines dans une taverne, d'autres dans de paisibles contrées. Mais celle-ci s'ouvre autour d'un feu de camp nocturne...]

    -Mina : Mes amis, cette nuit nous tend gracieusement ses doux bras après une journée si grande en aventure. Le moment est venu pour nous reposer.

    -Brankur : Ces ignobles gobelins laisseront ses routes tranquilles durant un bon moment. Le royaume pourra à nouveau nous remercier. 

    -Faeroth : Profitons de cette soirée pour achever en beauté cette riche journée. Que l'hydromel coule à flot !

    [A ce moment-là, une étrangère s'invita au campement. Elle se présenta comme étant magicienne errante et apporta de l'hypocras afin de profiter de la soirée avec les jeunes aventuriers.

    Au coeur de la nuit, elle réveilla Faeroth afin de lui parler de son destin. ]

     

    Annyazth:

    "Je ne suis pas un ange,

    Mais j'apporte des messages divins,

    Tu vois les Cieux de la Nuit s'estomper,

    Et le temps s'épuiser.

    Par conséquent, ton destin est unique en ce monde."

     

    Faeroth :

    "La Voûte Céleste perd de son éclat chaque nuit,

    Et des échos inquiétants viennent de son Au-delà,

    Comme des lamentations, des craintes, et des colères,

    Doit-on craindre qu'un mal ne frappe à nouveau Alphasia ?"

     

    Annyazth :

    "Chaque jour et chaque nuit maints maux frappent les mondes du Multivers.

    Mais certains peuvent faire basculer l'essence de l'Etre,

    Si les cieux s'exclament alors le monde est concerné,

    Ton destin concerne ainsi le Monde Connu et Inconnu d'Alphasia,

    Car rien de ce monde, quel qu'en soit son plan spirituel et matériel,

    Ne peut voir ce dont tu es témoin."

     

    Faeroth :

    "Soit ! Que mon témoignage des Cieux Nocturnes s'estompant soulage ses lamentations célestes par ce nouveau voyage qui s'ouvre désormais à moi."


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique