• Starcall

    [Au coeur de Minuit, sous les lumières lunaires et stellaires, une ombre s'est approchée du fort où Briorne, Faeroth et les guerrières et guerriers festoyaient. Rapidement, le héros reconnu le visage de l'ombre. C'était Annyazth. Faeroth connaissait la raison de sa présence.]

     

    Annyazth :

    "Prince des Etoiles, les routes galactiques réclament leur voyageur..."

     

    Faeroth :

    "...Je suis prêt a me rendre là où aucun être n'est allé. 

    J'ai préparé mon coeur, mon âme et mon esprit pour le voyage.

    Limites tranchées,

    Toiles pourpres infinies,

    Espace distordu,

    Les route des étoiles dessinent mon nouveau horizon,

    Je m'élance haut dans les cieux,

    Une chevauchée unique démarre,

    Le moment est venu de cartographier les champs étoilés."

     

    Annyazth :

    "Chevauche sur les champs sans horizon"

     

    Faeroth :

    "Le Destin a de multiples routes,

    Guidant toutes à la même finalité,

    Seule l'Histoire change en fonction du chemin emprunté,

    Ma voie est parmi la Voûte Céleste !"

     

    Annyazth et Faeroth :

    "Un cheval ailé s'envole aussi haut que les dieux et les anges,

    Et galope sur la voûte où s'écrit le destin des civilisations,

    Les plus grands voyages font les plus grandes explorations,

    Les vies s'éternisent en contant leurs histoire,

    Les étoiles appellent leur prince - il chevauche par-delà les cieux,"

     

    Faeroth :

    "Les civilisations galactiques me salueront comme leur Prince,

    Je n'instaurerai pas de politique, j'assurerai l'équilibre des étoiles,

    Les astres de lumière tombent de la Voûte Céleste, je dois trouver la clé,

    La Plus Grande Chevauchée des Mondes se déroule enfin !"

     

    Les dieux :

    "Tel un dragon Tout-Puissant, déploie tes ailes vers les infinitudes spatiales !"

     

    Faeroth :

    "Par-delà les Cieux des Mondes, sur la Voûte Galactique,

    Où s'écrit l'Histoire et la Destinée des Civilisations,

    Piliers de l'Eternité, Berceau de l'Essence,

    Galope la Plus Grande Chevauchée des Mondes !" 

     

    Annyazth et Faeroth :

    "Un cheval ailé s'envole aussi haut que les dieux et les anges,

    Et galope sur la voûte où s'écrit le destin des civilisations,

    Les plus grands voyages font les plus grandes explorations,

    Les vies s'éternisent en contant leurs histoire,

    Les étoiles appellent leur prince - il chevauche par-delà les cieux,"


    votre commentaire
  • Torches of Mortal Winter

    [Faeroth et Briorne discutèrent longuement de la situation du royaume. Briorne se présentait comme élu d'une prophétie qui se déroulera d'ici trois ans, au Sud-Ouest d'Elaros. C'était une prêtresse qui avait vu en lui un Héros, mais ceci est une autre histoire. Briorne était un valeureux chef de guerre et d'aventure et n'hésita pas à s'associer avec Faeroth pour renforcer les défenses contre l'invasion démoniaque. Pour se faire, Briorne et ses acolytes étaient en plein rituel afin d'invoquer un hiver redoutable qui permettra d'affaiblir les forces démoniaques le temps que le dragon soit chassé du Royaume.]

     

    Briorne :

    "Si la colère des abîmes enflamme nos terres,

    Alors étouffons ce feu qui nous ronge,

    Le froid paralyse toute vie,

    Mais en nous brûle une flamme,

    Et cette  flamme fera de nous les Torches de l'Hiver !"

     

    Faeroth :

    "Alors que l'Hiver Mortel étouffe les flammes noires du mal,

    Et gèle nos terres le temps que le Grand Dragon ne tombe,"

     

    Briorne et Faeroth :

    "Levons nos lames aux cieux lorsque la neige tombe,

    Le rituel est accompli, il ne manque plus que l'accord de la Reine de la Neige Hivernale,

    Sous le Soleil Lunaire Nocturne nous tombons à genoux,

    Que l'Hiver Mortel étouffe les flammes noires des démons,

    Nous serons les Torches dansante d'un nouveau paysage blanc,"

     

    Briorne :

    "Pas de sacrifice, seulement le temps qui s'arrête,

    Au nom de la sauvegarde du royaume du Sud,

    Je dois montrer mes preuves avant de me lancer dans ma quête,

    Je serais le capitaine de la défense des Iles du Sud,

    Mon ami, les étoiles t'attendent !"

     

    Faeroth :

    "Oh... J'aimerais tant participer à cette bataille,

    Libérer mes terres avant de rejoindre les étoiles,

    Mais j'ai confiance en l'Hiver Mortel.

    Que la Reine de la Neige Hivernale nous envoie ses flocons !"

     

    Briorne et Faeroth :

    "Levons nos lames aux cieux lorsque la neige tombe,

    Le rituel est accompli, il ne manque plus que l'accord de la Reine de la Neige Hivernale,

    Sous le Soleil Lunaire Nocturne nous tombons à genoux,

    Que l'Hiver Mortel étouffe les flammes noires des démons,

    Nous serons les Torches dansante d'un nouveau paysage blanc,"

     


    votre commentaire
  • By the Prince's Sword and the Wolf's Call

    [Malgré la trahison de son frère, il était hors de question pour Faeroth de délaisser son propre royaume. Ainsi, il retourna dans les Iles du Sud dans le but d'éliminer une majorité des démons envahisseurs. Il ne fait pas cela pour aider son frère Maëroth, mais au nom du royaume tout entier, car, au fond de lui, il se sentait coupable du déclenchement de cette guerre infernale. De retour sur ses terres natales, il fut interpelé par l'appel d'un loup en provenance d'un petit bois. Il faisait nuit, cela était quotidien d'entendre ce genre d'appel provenant d'une petite forêt, mais il était bien plus rare d'entendre à la suite des hurlements de batailles et des épées s'affronter. Le prince accourut alors droit dans les bois et tomba bien dans une scène de conflits : Une louve se préparait à affronter une dizaine de démons. Sans attendre, Faeroth s'élança dans la bataille imminente.]

     

    Faeroth :

    "Aussi rapide que la course d'un carreau d'arbalète,

    Aussi puissant que le fracas du marteau de guerre,

    Nous frappons avec la fureur dans nos veines,

    L'ennemi recule lorsque nous nous élançons,

     

    La rage du combat m'emplit d'un fureur sans nom,

    Nous sommes la tempête autour du feu de camp,

    Les épées se font joute par le sang et la sueur,

    Lorsque la tête de mes ennemis roulent à mes pieds,

     

    Les peaux rouges nous ont encerclé pensant remplir leurs tripes ce soir de notre chair,

    Mais nous sommes les étincelles au coeur des ténèbres impies,

    Qui illumineront les voûtes maléfiques qui nous cachent l'infinité céleste,

     

    A la vitesse d'un éclat de lumière azuré sous une voûte d'un pourpre macabre,

    Lorsque les cris de guerre se confondent aux agonies omniprésentes,

    Lorsque l'herbe s'abreuve d'une pluie de sang,

    Les étoiles témoignent d'un nouvel affrontement effréné,

    Par l'épée du prince et l'appel du loup,

     

    Par chance, des guerriers alliés viennent nous prêter main forte,

    "Un campement ennemi est proche, vous percez leurs défenses" hurle leur chef,

    De cette offensive et union inattendue nous fragilisons un sol adverse,

    Nous sommes des dizaines contre des dizaines, avec un loup de notre côté,

     

    Seuls les cris ont guidé ces renforts vers le conflit,

    Il n'y a pas de stratégie ni de plan de bataille,

    Alors, laissons nos épées étancher leur soif de sang,

    Et la rythme de la danse du duel nous guider,

     

    A la vitesse d'un éclat de lumière azuré sous une voûte d'un pourpre macabre,

    Lorsque les cris de guerre se confondent aux agonies omniprésentes,

    Lorsque l'herbe s'abreuve d'une pluie de sang,

    Les étoiles témoignent d'un nouvel affrontement effréné,

    Par l'épée du prince et l'appel du loup,"

     

    [Les démons furent tous vaincus et à part quelques blessés dont un grave, il n'y a pas de décès à pleurer du côté de la Lumière, pour une fois... Les guerriers qui étaient venus en renfort contre l'attaque des démons provenaient d'un fortin non très loin du petit bois. Leur chef se nommait Briorne et accepta sans hésiter la proposition d'aide de Faeroth. Ce dernier avait choisi d'aider le fortin à lutter contre l'invasion des démons le temps d'affaiblir leurs forces.

    Le loup suivait notre Héros.]

     


    votre commentaire
  • Slumber of Eternity

    [Tandis que la crise éclate dans le Royaume des Iles du Sud, le prince Faeroth continue son ascension céleste en compagnie du mystérieux prophète Erxalion. Ce dernier lui expliquait pourquoi rien en Alphasia ne semblait pouvoir l'aider dans sa quête et donc que l'exploration d'autres mondes était primordiale. En tant que Prince des Etoiles, les portes de l'Espace peuvent s'ouvrir à lui selon sa volonté et le jeune héros se senti rapidement prêt à affronter l'infinitude de l'Espace qui s'offrait à lui. Mais avant tout il avait ce qu'il considérait comme sa mission mère à accomplir en Alphasia : En premier lieu il devait s'entretenir avec sa dulcinée Zyria concernant sa situation et les conséquences qui pouvaient en découler. En Second lieu, il devait tenter à tout prix de sauver son royaume paternel afin de l'honorer jusqu'au bout. Ainsi, Faeroth rejoint, par ses portes spatiales et dimensionnelles, le navire dans lequel Zyria se trouvait en vue d'accoster le célèbre port de Sy'Maloth pendant qu'elle avançait dans sa propre quête.]

     

    Faeroth :

    "Douceur de mes rêves les plus tendres,

    Enlace-moi avant que l'éternité ne me prend,

    Les voies qui s'offrent à moi veulent fendre notre unicité,

    Et je ne veux pas de pleure pour cela,"

     

    Zyria :

    "Mon doux ami, ne crois pas pouvoir me faire pleurer par la distance,

    Car les souvenirs n'ont ni besoin d'espace ni de temps,

    Seul l'essence de notre amour compte,

    Rien ne peut briser ce qui ne s'étend ni ne dure,"

     

    Faeroth :

    "Je connais ta nature effrénée et si colérique,

    Mais j'ai peur de ce que je peux découvrir à l'issue de ma quête,

    Des secrets sur-divins m'attendent, tout me dépasse,

    Et je sais que rien ne peut briser ce qui ne s'étend ni ne dure," 

     

    Les Deux :

    "Des aigles s'envolent au salut d'une nouvelle destinée,

    Les limbes de l'infini se troublent tandis que les cendres de l'éternité dansent,

    Répondant à l'embrassement des deux astres sur le lit océanique,

    Les Vents de l'Eternité soufflent encore ! Les voiles se gonflent !

    Il est temps de dire un autre Adieu..."

     

    Zyria :

    "L'Eternité n'est qu'une incertitude du lendemain,

    Mais en rien le temps qui ne s'estompera pas,

    Au moins, je m'assure que tu reviendras tous les lendemains,

    C'est ainsi que je ne pleurerai pas."

     

    Faeroth :

    "Soit ! à bientôt ma douce...

    Car déjà, un loup semble poser son regard sur moi,

    Un choc de lames sur des armures de plates m'attend !"

     

    Les Deux :

    "Des aigles s'envolent au salut d'une nouvelle destinée,

    Les limbes de l'infini se troublent tandis que les cendres de l'éternité dansent,

    Répondant à l'embrassement des deux astres sur le lit océanique,

    Les Vents de l'Eternité soufflent encore ! Les voiles se gonflent !

    Il est temps de dire un autre Adieu..."

     


    votre commentaire
  • Evil Firedrake Awaken

    [Si les dieux n'avaient pas prévu que Maëroth n'assassine, de jalousie, son propre frère, il en était de même pour les démons. Mais à l'inverse des dieux, ces seigneurs de la haine profitèrent de la fragilité du royaume afin d'y semer le chaos. Mais là n'est pas le pire : En arrachant la couronne à son frère en l'assassinant, Maëroth brise la stabilité de la lignée royale et conduit à la libération d'un grand dragon ancestrale. Ce dragon avait été, dans un lointain passé, l'origine même de la naissance du royaume.

    L'histoire du Royaume des Iles du Sud remonte il y a environ 1400 ans, peu après l'exil des pirates suite à la terrible bataille navale du port de Sy'Maloth au le continent Iméras. Ayant fui cette terrible bataille, des marins s'étaient réfugiés sur ces îles au Sud du Continent Elaros afin d'y bâtir une nouvelle communauté insulaire. Or, un grand dragon avait déjà ces îles comme territoire. Cette terrible créature, du nom de Vulkur'Nÿr, refusait catégoriquement que quiconque ne vienne s'installer sur ses îles. La communauté, épuisée par un si long voyage, eut ainsi l'idée de duper le dragon sans l'affronter directement. Cette idée vînt de Broneroth, haut-mage et père d'une famille dont les membres étaient également doués dans la magie. Broneroth avait rejoint les marins exilés pour deux raisons : La première en tant que protecteur, car lui et ses trois enfants étaient de bons mage-guerriers. La deuxième était que Broneroth désirait lui aussi s'installer loin des grandes villes afin de profiter de sa future retraite. Le piège préparé par Broneroth était très simple : Attirer le dragon dans une grotte piégée où il resterait enfermé grâce à un puissant sortilège. C'est sans encombre que le piège se déroula. Broneroth savait qu'attirer un dragon était simple, lui montrer de l'or et lui faire croire d'où il provenait était une ruse plutôt efficace.  Suite à cet exploit, les marins décidèrent de faire de Broneroth leur chef afin d'établir la communauté. Ce n'est que petit à petit que la petite communauté est devenu le royaume des Iles du Sud, toujours gouverné par la famille de Broneroth.

    La libération du dragon Vulkur'Nyr était la dernière chose à laquelle le royaume pouvait s'attendre. Plus personne ne se souvenait de lui jusqu'à ce que celui-ci ne surgisse d'une montagne et menace de brûler le royaume tout entier afin de retrouver ses terres. Or, le royaume est encore en deuil du Prince Faeroth, le pensant toujours mort alors que ce dernier suit son destin bien loin de ces terres. C'est donc à Maëroth que revient la tâche de protéger le royaume.]

     

    Maëroth :

    "Qui es-tu sombre créature écarlate ? Que nous veux-tu ?

    Tu oses élever les flammes des abîmes sur mes provinces,

    Mais tes crocs ne pourront trancher la chaire de notre innocence,

    Car ma lame sacrée fendra ton coeur ténébreux !"

     

    Vulkur'Nyr :

    "Je suis l'esprit ancestral de ces îles, mécréant !

    Ton sang a l'odeur du Mage Trompeur, tu m'affames !

    Ainsi je suis libre et assoiffé par la Vengeance,

    Je n'ai aucun sacrifice à faire, et je n'aurais je pitié pour rien !

    Ton royaume brûlera !!"

     

    Le Roi :

    "Unifie les îles, mon fils... Que les murs de notre château résistent au ciel !

    Un grand démon s'est réveillé, les temps à venir marqueront notre histoire...

    De nouveaux champions doivent s'unir à la défense de nos provinces !

    J'ai entendu jadis mon grand-père parler de flammes célestes ancestrales,

    Et de craindre la chaos qui adviendra lorsqu'elles nous feront face,

    Unifie les îles... Fais appel aux seigneur des îles..."

     

    Maëroth :

    "Je vais élever les Bannières Bleues de la Guerre,

    Les îles seront unifiées afin de défendre le Royaume,

    Notre forteresse va renvoyer les flammes célestes,

    Le dragon tombera avant qu'il ne s'envole !!"

     

    Les Démons :

    "O grand dragon des temps ancestraux, te joins-tu à nous ?

    Nous ensanglantons les villages des petites provinces du royaume,

    Nous sommes la terreur, nous sommes la souffrance,

    O Dragon, veux-tu accompagner notre malédiction ?"

     

    Vulkur'Nyr :

    "Pardon ? Avez-vous perdu l'esprit ? Vouloir m'acheter est une volonté de mourir,

    Par conséquent, mes flammes consumeront les vôtres !"

     

    Le Roi :

    "O Dieux... Mon beau royaume est sur le point de tomber...

    Pourquoi a-t-il fallu que mon bon Faeroth nous quitte,

    Juste à l'aube de ce chaos ? Je maudis ces bandits !

    Que la colère divine se déchaîne sur eux !

    Je maudis ces bandits ! Entendez-moi divins, je maudis les bandits qui ont assassiné mon fils !"

     

    Maëroth :

    "Père, faites-moi Roi et je jure de mener la bataille vers la victoire,

    Afin de réinstaurer l'ordre sur notre royaume.

    Père, accordez-moi le Pouvoir d'un roi afin de noyer le Feu,

    Accordez-moi la Majesté et la Gloire dans l'Histoire !"

     

    Le Roi :

    "Que la colère divine se déchaîne sur eux,

    Je maudis ces bandits ! Entendez-moi divins, je maudis les bandits qui ont assassiné mon fils !"

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique