• I want to die

    ce passé qui m'a tué,

    cette vie qui m'assassine,

    ce monde qui me dégoutte,

    ces personnes qui me torturent.

    Dans leur ombre je suis seul,

    Je ne sais plus quoi faire,

    Mon esprit est au Néant,

    Mon coeur saigne depuis toutes ces années,

    J'ai tant rêvé de cette arme,

    qui m'ouvrira les portes de la paix,

    cette arme qui me tuera,

    et me permettra de dire enfin...

    Je suis bien !

    I want to die,

    I want to die,

    Ils m'ont ruinés ma jeunesse,

    Elle m'a trahit,

    Je l'ai aimé,

    Je veux y vire,

    Je ne suis que rien,

    L'enfant de la Solitude Absolue.

    Je ne sais plus du tout quoi faire,

    je ne vis que dans l'erreur,

    ma présence est un gène,

    je souffre de moi-même,

    elle veut que je crève,

    ils veulent jouer avec moi,

    il me marche dessus...

    I want to die,

    I want to die,

    cette vie n'a jamais servie à rien,

    Pourquoi vivre pour souffrir ?

    Seul rêver m'apporte une fausse joie,

    la réalité est l'enfer !

      

    Je plonge dans les abymes de la solitude et de la haine,

    qui peut me comprendre ?

    qui peut m'aider?

    (Dieu, Aide-moi!)

    je l'aimais,

    elle m'a tué,

    je les ignorait,

    ils m'ont torturé,

    j'y vis,

    il m'a craché dessus...

    I want to die,

    I want to die,

    I want to die,

    I want to die,

    To die...


    votre commentaire
  •  

    CHAPITRE II :

    Aenir

     

    « Douce petite colombe,

    Ton message était un appel,

    Nous te suivrons plus haut,

    Là où la vie pleure.

     

    Douce petite colombe,

    Ton soleil et ta lune,

    Nous guident vers le destin de ce monde,

    Tels nos vœux nocturnes… » 

     

    Ydëlah, ayant du mal à comprendre la peur qui nous gagnait, nous révéla qu’elle était la Princesse d’Emeraude de la forêt de Nalydis, se situant sur une île au Nord du continent où Aenir dévorait en ce moment l’énergie de la forêt de Mylébor. Elle gouvernait un peuple d’hommes et d’elfes dans une cité assez grande au cœur de la forêt d’Elinwë. Le fait qu’elle soit originaire de ce monde fut un grande aide pour nous. En effet, qui de mieux pour nous guider dans ce monde inconnu qu’un être y étant originaire ? Cette colombe fut aussi une chance pour nous, elle a sans doute été envoyée par une divinité pour nous prévenir d’un danger qui plane sur le monde d’Ydëlah.

     

    -Ydëlah : S’il te plait, brave chien, peux-tu me dire les raisons de cette panique ?

    -Zaphiro : Drakira ! Drakira, c’est son cœur ! Lors de la guerre, un Damné lui avait arraché à Skeldör. Son âme doit chercher sans doute Aenir. Elle est très puissante car elle est à un symbole vivant, mais mort en ce moment ! Il faut paniquer pour penser à la catastrophe qui peut arriver si le mal l’a ! Mais il le veut, il est encore là, dans le Néant à attendre son réveil ! Il ne faut pas qu’ils l’utilisent trop ainsi ! Elle bien trop redoutable si elle est au mal !

    -Ydëlah : Erxalion, s’il te plait, peux-tu m’éclaircir ?

    -Assis-toi là, sur ce pilier en ruine. J’ai cette histoire à te conter…

     

    Dans ce monde que survolent mes terres célestes sur lesquelles nous discutons, ce monde majestueux qu’est Alphasia, il y a plus de cinq siècles, la plus terrible de toutes les guerres nous frappa. J’y étais, lors de la Septième Grande Apocalypse, lorsque le nécromancien fou, s’est sacrifié maudissant ainsi notre Divinité de la mort et de la destruction. Celui-ci, l’esprit dévoré par la malédiction, devînt alors ambitieux de conquérir tout le monde connu et inconnu. Rien ne put arrêter la mort elle-même, et son immense armée de démons plongeait petit à petit les trois continents au cœur du chaos absolu. Nos héros luttaient avec bravoure les légions infernales du Dieu de la mort corrompu, dont de légendaires animaux symboles de la justice. Je n’en connais que très peu, mais j’ai déjà vécu une aventure consistant à redonner vie à l’un d’entre eux, il s’agissait d’un grand cheval rouge nommé Horkira, mais cela est une autre histoire… Parmi ces créatures légendaires, Braltaly, la Légende Disparue qui mit fin à la Septième Grande Apocalypse, m’a parlé d’un gigantesque dragon rouge du nom de Drakira. Celui-ci se situait au Nord de Frigiast, luttant avec les loups contre l’Armée des Défunts. Mais, un jour tragique, un Roi Damné défia Drakira. Et après un long duel sanglant, Drakira tomba sous la fureur du Damné gravement blessé. Ce dernier, pour se venger des blessures mortelles que son adversaire lui avait infligé, arracha le cœur de Drakira agonisant et le cristallisa. On dit que Drakira fut encore en vie lorsqu’il vit son cœur dans la main ensanglanté du Damné, et que lentement, il le vit battre jusqu’à ce qu’il ne le fit plus. Le grand dragon rouge agonisa alors pendant trois longs jours, vidé de tout son sang, son âme rejoignit celles des autres héros tombés. Le cœur de cristal devint alors un bijou du Damné sur le point de mourir. Mais les derniers loups se jetèrent sur le Damné affaibli, puis tomba à son tour sous mille coups de crocs et de griffes. Ensuite, les loups enterrèrent le corps de leur ami protecteur, et enchantèrent le cœur cristallisé du dragon telle une relique protectrice de leur tribu. Ce n’est qu’à la fin de la guerre que le démon Numukar, père du Damné vaincu par Drakira, massacra les derniers loups de la tribu et s’empara du cœur cristallisé de Drakira. Fou de rage, le démon enchanta à son tour le cœur du dragon rouge et l’envoya dans un autre monde, prophétisant que seul l’union du cœur et du corps de Drakira pouvait le faire renaître, mais en enfer, il torturera son âme pour l’éternité…

     

    -L’âme de Drakira souffre depuis plus de cinq siècle… Bon nombre de loups accompagnés de guerriers ont tenté de trouver le cœur du dragon rouge de la justice… Et toi, Ydëlah, grâce à toi, nous sommes sur le point de mettre fin à cinq siècles d’agonie du dragon justicier !

    -Ydëlah : Quelle tragique histoire… C’est horrible !

    -Zaphiro : Le cœur a été nommé par les loups blancs de la tribu de Nirkwolf. Dans le langage canin, Aenir signifie « Cœur de feu »… Drakira est torturé par les démons en ce moment même, et ce, depuis plus de cinq siècles ! Nous ne devons plus attendre, ces appels sont insoutenables !

     


    1 commentaire
  •  

    CHAPITRE I :

    Mother Nature

     

    « Envole-toi, petite colombe,

    Que les derniers chagrins s’apaisent,

    Que tes plumes nous endorment,

    Enfin après cette tragédie…

     

    Envole-toi, petite colombe,

    Les Vents de la liberté te guideront,

    Vers les cieux de cristal,

    Là où t’attendent les saints anges… »

     

    -Ydëlah : Cher ami Zaphiro ! T’ai-je déjà conté les histoires de la région de Mylébor ? Et toi, cher ami Erxalion, en as-tu déjà entendu parler ?

    -Erxalion : Mylébor ? Cela ne me revient pas ! Je n’ai point vu de trace de ces contes dans la bibliothèque de la tour de Maria. Et Etherius n’en a jamais parlé, peut-être qu’il aurait pu nous aider mais il songe seul dans le Néant en ce moment.

    -Zaphiro : Perso ! Moi, parmi toutes les légendes canines, je n’en ai jamais entendu parler !

    -Ydëlah : Eh bien, asseyez-vous sur ce fragment de statue, j’ai une histoire à vous conter !

     

    Lors de l’Age de la Nuit de Cristal, dans un autre de ces mondes légendaires lointains, il y avait une forêt, au cœur d’un continent qui se sentait seul avec son jeune frère. En ces temps, dans ce monde, les hommes étaient peu nombreux et non très évolués. Seuls régnaient les grands et majestueux Olinars, gardiens des terres de l’Ouest et des mers du Nord. Ce peuple, très proche de celui des elfes, possédait un pouvoir particulièrement grand et fantastique. Leur peuple était imposant et respecté. La guerre n’avait jamais éclaté en ce monde. Néanmoins, les Olinars étaient très ambitieux, tels les hommes. Leur volonté devait être leur victoire. C’est ce vice qui, sans doute, les anéantira tous dans l’avenir. Ils étaient presque aussi puissants que des divinités, certains d’entre eux, les plus grands et puissants, pouvaient déchirer la terre et donner naissance à des lacs, des fleuves et des rivières. Ces Héros Volinars, c’est ainsi qu’on les nommait, avait donc la faculté de modifier la nature, le plus souvent à leur guise. Seules les titanesques chaînes, les cieux infinis, et les océans azurs pouvaient résister à leur pouvoir spectaculaire. Ces Héros Volinars puisaient ce pouvoir légendaire à partir d’une étrange pierre : Aenir. Cette pierre avait la taille d’un coeur de dragon, ses origines étaient entièrement inconnues. D’après les légendes Olinariennes, lors de l’Age Antique, les ancêtres des Olinars étaient dépourvus de tout savoir et méprisés par les innombrables créatures de ce monde. Et c’est lors d’une nuit qu’une goutte de feu tomba du ciel et s’écrasa au cœur des terres de l’Ouest. Très vite, cette mystérieuse pierre rouge confia aux plus vaillants des Olinars un pouvoir fascinant qui leur permit de dominer petit à petit les terres de l’Ouest. Et ainsi, leurs étonnants pouvoirs ont conquis la totalité des terres de l’Ouest.

     

    Or, de nos jours, un ultime obstacle semble leur faire face : l’Arbre Millénarium de la région de Mylébor. Cet arbre possédait une énergie mystique aussi haute qu’Aenir elle-même. Les Olinars, désirant agrandir encore plus leur puissance, souhaitaient s’emparer de cette énergie légendaire. Mais la gigantesque forêt de Mylébor les repoussait à chaque instant. L’approche de l’arbre était impossible. Les créatures de la forêt, les dragons, les elfes, les fées, les licornes, les trolls, les ogres et les loups gardaient la forêt et rejetaient tout intrus, surtout les Olinars. Mais ces derniers, trop ambitieux, ne se laissèrent point vaincre par Mère Nature. Et le drame survînt…

    Fadoris, le seigneur des Héros Volinars, s’empara d’Aenir et, grâce à la stupéfiante puissance de la mystérieuse pierre rouge, lui et ses frères commencèrent à absorber la puissance magique et naturelle de la grande forêt, épuisant ainsi petit à petit les créatures gardiennes de ces lieux divins. Et maintenant, la forêt est toujours de plus en plus menacée au fur et à mesure que le temps passe…

     

    -Ydëlah : Et voici l’histoire de l’Arbre Millénarium…

    -Zaphiro : Bon Dieu… Cette pierre !

    -Erxalion : Au nom des anges… Ydëlah ! Où as-tu entendu cette histoire ?

    -Ydëlah : C’est cette colombe qui me l’a conté !

    -Zaphiro : Erxalion ! Par tous les chiens, c’est une catastrophe !! AENIR !

    -Ydëlah : Que se passe-t-il ? Vous saviez quelque chose ?

    -Erxalion : Ydëlah ! Nous devons nous rendre sur ces terres pour comprendre certaines choses… Oh, mon Dieu… Viens avec nous, passons par Atlas Millenius !

    -Ydëlah : Mais… Qu’y a-t-il ?

    -Erxalion : J’ai tellement à te raconter concernant cette pierre… Dépêchons, un drame bien plus grand se déroule en ces temps !

     


    votre commentaire
  •  

    Les étoiles de Lacrimatica

     

     

    Prologue :

     

    « Le soleil dégouline,

    La lumière illumine,

    Les chaînes des anges,

    Dont les ailes changent.

     

    La lumière du crépuscule,

    Filtre l’ombre de nos bulles,

    Et l’entraîne au loin,

    Vers un autre matin.

     

    Les anges bercés par la mélodie,

    Du souffle du vent de nuit,

    Font battre leurs plumes,

    Tendrement vers la lune. »

     

    C’est en songeant au poème d’adieu à Lolita que j’entendis ces sublimes rimes. Elle était là, assise sur une des innombrables pierres de la cité en ruine de Lacrimatica, les derniers vestiges de Mondias, regardant les cieux azurs et chantonnant sa mélodie divine. Zaphiro était déjà avec elle et sommeillait tendrement et sagement, lui aussi bercé par cette divine mélodie. Ainsi Ydëlah, la princesse d’émeraude, fut la nouvelle étoile des terres célestes de Lacrimatica. Ses rimes nées de sa lourde tristesse enchantaient les ruines désolés qui l’entouraient. Les anges l’ont envoyés ici, dégoûtée elle aussi par la folie humaine, elle recherchait la paix et la prospérité. Choses qu’elles trouveraient ici, avec l’absence de Braltaly, bien entendu. Oui, heureusement que ce dernier n’était pas ici, Ydëlah n’aimerait sans doute point son comportement…  

     

    Zaphiro réveillé, il discutait de mon dernier poème avec Ydëlah. C’est à cet instant que je fis mon apparition sans me présenter. Ydëlah, me voyant arriver, me laissa un triste sourire et déposa sa guitare, leva sa tête et contempla les cieux infinis. Le silence du respect s’imposa sur les terres célestes. Puis, nous parlions, nous parlions, et nous parlions encore, riant, s’amusant, craignant, s’interrogeant… Et trois journées de bonheur s’en suivirent, ce qui me permit d’oublier mon dernier malheur. Ydëlah possédait une bonté, une sagesse, et un mystère divin. Ses rimes me faisaient sourire, j’aimais tant ses mélodies. Et grâce à elle, mon malheur n’était plus qu’un vieux souvenir. Zaphiro lui présenta ses talents canins de peintre et de dessinateur. Sur son parchemin, il dessina un ange invoquant une pluie de lumière sur une civilisation humaine d’un autre monde. Ydëlah semblait vraiment apprécier ces lieux jadis appartenant aux divinités fondatrices d’Alphasia. Elle me demanda de raconter l’histoire d’Alphasia, et je lui conta mes symphonies. De la divine « Forêt de Lumière » jusqu’à la tragique septième grande guerre que j’ai moi-même vécu, « La Septième Grande Apocalypse ». Bref, ce fut une rencontre particulièrement extraordinaire.

     

    Le prophète perdu et l’âme perdue,

    Deux astres,

    Un monde,

     

    Suivant la bonté des anges,

    Guidés par le silence de Lacrimatica,

    Ils embrassèrent leurs rimes divines,

    Destinées aux âmes blessées,

    Des mondes en perdition.

     

    And this… The new dawn !

     


    5 commentaires
  • My World is Born

     

    Glace et eau brulent ma peau impure,

    Mordant et déchirant mon espoir,

    La Solitude est mon Souverain Bien,

    Plongé dans cette utopie,

    Je ne risque plus rien !

     

    Le deuxième jour de cette année maudite,

    L’encre a coulé pour la première fois,

    Et là, le portail de la sagesse fut ouvert.

     

    Une plume, de l’encre, un mot, une liberté !

     

    Perdu dans la solitude et les larmes engendrées par ce monde de fou,

    Mon utopie me souleva dans les vents de la liberté absolue,

    Ma raison de vivre fut fixée !

    Je marcherai sur l’encre et cela, personne ne me l’empêchera !

     

    La plume glissa sur la feuille glaciale,

    Et le monde battit depuis des lustres prit vie,

    Les larmes se marièrent à l’encre solitaire,

    Et la voie vers l’avenir se leva,

    Jurant sur mon sang noir,

    J’ai brûlé mon passé perdu,

    Afin de mieux vivre le présent,

    Et espérer profiter d’une jeunesse massacrée.

     

    Haïssant ce que l’on recherche tous,

    Recherchant que qu’ils ont tous,

    Se réfugiant dans ce qui n’existe pas,

    Telle est ma vie émergée de cet accident.

     

    Mais à présent,

    L’inaccessible a été banni,

    Les recherches ont portées leurs fruits,

    Une nouvelle page se tourne,

    Mais celle-ci sera sec…

     

    My world is born,

    It’s a new dawn for me… New hope !

      

      

    Erxalion:

    "La Chute est mère de la Renaissance. Chuter, l'échec, la défaite, sont des trésors plus grands que la victoire et la réussite. Ils nous permettent d'apprendre à lutter contre de futurs maux. Souffrir est une punition de l'échec, mais la souffrance est indispensable pour former un être dur, insensible à la connerie humaine, non, aux attaques qu'on lui inflige. Souffrir, c'est évoluer, c'est murir vers une perfection imaginaire. Mais la souffrance peut chuter si l'on sait la maîtriser dès le début. Et cela, seules les drogues peuvent nous aider à lutter contre cette douleur interminable. Mais, la plus belle des drogues sont nos rêves ! Rêver nous permet de fonder notre propre univers de paix et d'amour. Regardez, par exemple, la pauvre petite Sarah: Après avoir perdu son père, elle est passé du statut de princesse, à machine. Mais grâce à son imagination hors du commun, elle est parvenue à lutter pendant plus de deux années de pure souffrance contre toute cette haine qui s'abattait sur elle. Et voyez comment l'histoire s'est terminé ? Ceci est un excellent exemple de survie. Sarah finit par devenir l'une des plus riches princesses du monde. Donc, rêver est le plus beau présent de Dieu. Oui, car personne ne peut nous empêcher de rêver, rien ne peut détruire cette liberté absolu de rêver ! L'alcool et le shit apaisent la douleur en provoquant une autre douleur tellement violente que nous ne la sentons point, ces drogues nous tue sans qu'on en ait conscience. Là, la véritable peur existe !"


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique