• Pour ce qui est des divinités :

    Il existe une hiérarchie parmi les divinités d'Alphasia. Les divins sont des anciens mortels devenus immortels suite à leurs exploits remarquables. Ils interagissent envers le monde des mortels selon le symbolisme qui les représentent (l'Aventure, les Sentiments, les éléments...). Les Cinq Dracks sont les Dragon-Pères, fondateurs du Monde, ils sont au-dessus de toute vie. Certains pensent aussi qu'il existe une entité étant leur origine, mais ni temple, ni conte, ni chanson ne l'évoque.

    Pourtant, certaines civilisations humaines prétendent que leur Déesse-Mère aurait enfanté les Dragon-Pères. Cette Déesse Mère des Hommes est la Mythique Adélaïde. On pensait pendant un certain temps qu'elle n'était issue que de contes et légendes, jusqu'au jour où l'on découvrit des temples lui étant dédiés. Mais elle n'est jamais réapparue en Alphasia depuis des millénaires.
    Elle serait la Déesse du Soleil Levant et Couchant, assurant la perpétuité de l'Aube et du Crépuscule.

    Voici la liste des Divinités :

    -Nora : Déesse de la Lumière (décédée)

    -Luna : Déesse de la Solitude et du Désespoir

    -Alyfer : Dieu de la Chasse et de l'Aventure (actuel Haut-Dieu d'Alphasia)

    -Antumnoën : Dieu des esprits et fantômes

    -Arvanturus : Dieu de la Piraterie, de l'Aventure et de l'Exploration (Haut-Roi des Mers et océans)

    -Ylën : Déesse des Fées et Forêts

    -Eklisias : Dieu des Chevaux (décédé)

    -Naïmos : Dieu des Jeux d'Enigmes et des Mystères

    -Thorankor : Dieu du Ciel

    -Adélaïde : Supposée "Déesse Mère de l'Espoir", existence non confirmée, mais des vestiges de son culte ont récemment été découverts.


    votre commentaire
  • Technologie

    Il existe une grande échelle technologique qui diffère grandement en fonction des civilisations et continents. Le Nord d'Iméras demeure néanmoins le plus évolué du point de vue technologique. On y trouve une locomotive, quelques zeppelins et usines aux machineries uniques en Alphasia. Cette technologie Steampunk a principalement été fondée par la célèbre Famille Carew. Or, le reste du monde se méfie quelque peu de cette technologie de vapeur et d'acier, préférant leurs structures de bois et de pierres jugées moins coûteuses et dangereuses.


    votre commentaire
  • Astronomie

    Religion

    Cartes

    Civilisations

    Histoire

    Technologie


    votre commentaire
  • LE RAMEAU D'OR

    Une histoire de Magie et de Religion

     

    The Golden Bough

     

    Avec cet album, vous embarquerez dans un voyage à travers 12000 ans de Mythologie Européenne. Basé sur l'épopée savant homonyme de Sir James George Frazer (1854-1941). "THE GOLDEN BOUGH" parle de sa thèse provocante défendant l'idée que toutes formes de religion en Europe (dont le Christianisme) tiennent leurs origines de cultes magiques et rites de fertilité, provenant de l'Age de Pierre. La magie Néolithique comme racine du Christianisme. La culture européenne qui définit la religion ? C'est cool, hein ? 

    Sur les traces de Frazer, nous avons essayé de dévoiler les reliques de l'ancienne magie dans le Christianisme en abordant le problème avec des aspects de l'occultisme chrétien médiéval et du fanatisme ("TEMPLE OF KATHOLIC MAGICK") le folklore local ("DISCIPLES OF THE IRON CROWN") ou les légendes populaires européennes comme celle évoquant le roi sacré dormant sous la montagne ("PILGRIM"). En découvrant ces racines archaïques dans la religion prédominante de l'Europe, le Christianisme se dévoile à nous comme ayant un lien évident vers l'époque d'il y a 12000 ans de cela, lorsque les peuples d'Europe n'étaient toujours pas divisés par les concepts modernes comme la race, le nationalisme ou le statut social. Une utopie idéale forgée par une religion partagée comme un serment unificateur et basé sur la tolérance, l'égalité et la richesse commune.

    Ce désir romantique pour cette utopie perdue et idéalisée, qui n'a peut-être jamais existé, est le second grand thème de "THE GOLDEN BOUGH". Vêtus dans la métaphore de l'île abandonnée d'Atlantide - une histoire avec laquelle tout le monde peut se rapporter - les chansons de cet album invoquent les sentiments de la perte, l'éloignement et la mélancolie ("A PROPHET IN THE FOREST"). Elles expriment une nostalgie pour la perte de l'innocence de l'enfance ("THE GOLDEN BOUGH"), mais aussi de l'espoir ("VESPERAL HYMN") et le pouvoir ("THE ATLANTEAN KODEX"), culminant le désir de quitter ce monde pour un meilleur endroit, où les rêves sont compris et la dictature de l'intellect fait place à la nature spirituelle de la vie ("FOUNTAIN OF NEPENTHE"). Une nouvelle mythologie européenne pour le 21ème siècle en procédant à un bricolage de religion, de magie et de folklore, c'est ce que nous avons tenté d'achever.

    Nous ne considérons pas "THE GOLDEN BOUGH" comme une déclaration politique ou savante - les théories de Frazer ont été rejetées par les anthropologistes modernes. Nous préférons par contre le proposer comme un exercice de l'imagination, un fascinant "Et si ?" lequel est - du à ce ton mythique - ouvert à des centaines d'interprétations et réponses.  Vous décidez de ce qui est réel ! Comme le rameau d'or dans l'ancienne mythologie grecque était la clé vers l'autre monde, nous espérons que notre album travaillera comme un véhicule pour vous aider à transcender les frontières de ce lugubre âge moderne pendant un moment.

    Maintenant désactivez le ratio, ouvrez les portails de la perception et profitez de votre voyage !

    Ce voyage commence maintenant... 

     

    I. FOUNTAIN OF NEPENTHE

    II. PILGRIM

    III. THE WHITE GODDESS

    IV. TEMPLE OF KATHOLIC MAGICK

    V. DISCIPLES OF THE IRON CROWN

    VI. VESPERAL HYMN

    VII. THE ATLANTEAN KODEX

    VIII. A PROPHET IN THE FOREST

    IX. THE GOLDEN BOUGH

     

    LA DEESSE BLANCHE

    Une Gramme de Mythes Poétiques

    ATLANTEAN KODEX

    Trois années sont passées depuis que nous avons embarqué pour notre premier voyage à travers les portails de la perception. Le monde a grandi de façon bien plus sombre, les fondations de notre forteresse commune, l'Europe, tremblent. De nouvelles forces marchent à partir des brumes de l'histoire vers la faible lumière d'une nouvelle aube du temps. Les forêts du Haut-Palatinate s'agrandissent silencieusement. Les lieux étranges, les horizons lointains aux trônes parés de bijoux et les vergers interdits sous les deux lunes d'Atalante ne murmurent plus. Le Vide est arrivé. Toutes les choses ont changé. Toutes les choses doivent tomber. Toutes les vies doivent s'achever.

    Et si la mort était la véritable inspiration de l'humanité ? Et si la mort était la condition primitive de toutes les choses et que nos vies sont juste des courtes aberrations jaillissantes provenant de cet équilibre universel lugubre avant que nous ne descendions de nouveau dans les ténèbres cosmiques ? 

    Et si la conscience persistance de nos décès inévitables est l'énergie conductrice derrière chaque simple événement et décision dans l'histoire humaine ? Et si la mort est la Déesse Blanche de l'Europe, qui nous accorde la vie à partir de la mort, qui inspire les mots des poètes, qui suscite le désir de pouvoir dans nos coeurs, qui guide nos pas sur le chemin venteux vers le lieu où toutes les routes s'achèvent ?

    La mort est éternelle, c'est l'état naturel des choses.

    Considérez cet album comme un communiqué sur la mort et le pouvoir qui vient avec elle, sur la décadence et la beauté d'un passé que nous n'avons jamais connu, sur la sombre, inévitable vérité  derrière chaque mythe dans l'histoire de l'Ouest.

     

    A L'EUROPE.

    A CE QUI SE CACHE.

    LE SECRET.

     

    A LA DECADENCE,

    ET LA RENAISSANCE.

     

    I. Trumpets of Doggerland

    II. Sol Invictus

    III. Bilwis

    IV. Heresiarch

    V. Twelve Stars and an Azure Gown

    VI. Der Untergang Der Stadt Passau

    VII. Enthroned in Clouds and Fire

    VIII. White Goddess Unveiled

     


    votre commentaire
  • Bonjour/Bonsoir à tous-tes,

    Ce que vous lisez ici est la traduction complète de l'histoire de l'album Beyond the Red Mirror, de Blind Guardian. Les textes traduits sont directement tirés de la version BOOK de l'album. N'étant pas un professionnel de la traduction, il est possible que certaines phrases soient difficilement compréhensibles, ou tout simplement mal construites. Dans ce cas-là, je vous demanderai de me signaler les erreurs, s'il vous plait.

     

    Beyond The Red Mirror - Traduction de l'histoire

     Il y a fort longtemps

     

    La Première Vague :

    Evocation

     

    Pelleas a accepté le challenge.

    Puis le troisième jour lorsqu'il a levé ses yeux, il a vu la montagne, il l'a escaladé et a plongé dans le feu. C'est donc ce qui est arrivé. Mais une voix a parlé : "Lève-toi ! Maintenant que tu as entendu ma voix, tu posséderas les portails de tes ennemis." déclara Mordred, l'Enfant Déchu, s'élevant des flammes.

    Et le Corbeau a vu que cela était une bonne chose.

     

    Nous ne dormons pas et nous ne ressentons rien. Nous ne rêvons de rien et nous ne voyons rien.

    Une tempête viendra. Faux, elle est déjà ici. Ou, du moins, elle est certainement proche. Déshérité, libéré des anciennes allégeances, cela laisse une trace de chaos et de décadence. De sorte à se précipiter vers le prochain monde. Encore et encore. Rapidement, mais sans hâte. Encore et encore vers les autres mondes. Encore et encore.

     

    La Deuxième Vague :

     

    Quiconque parvient à garder le silence va pouvoir les entendre. Les voix de la destruction, les voix du défunt, les voix du coupable et les voix de l'innocent. Entremêlées, unies, mais surtout parties depuis bien longtemps. Et celui qui sera ainsi prêt à faire le point sur lui-même afin d'ouvrir son aura spirituelle, en fermant habituellement les yeux, leur fera bientôt face. Des images brumeuses s'entremêlent avec le bourdonnement des voix d'un monde perdu depuis longtemps qui se matérialise lentement et à contrecoeur. Et tandis que les éloges et la réjouissance de celui qui désire vous faire pleurer de joie, c'est avant tout la seule voix, privée de toute souffrance, et le jugement ultime, qui vous abandonne sans aucun espoir, terrifié dans votre si lointain, et intact monde : "Il est tombé, tombé à Camlann, le Grand !" 

     

    La Troisième Vague :

     

    Et très tôt au matin du troisième jour, alors que celui-ci était encore sombre, ils sont venus pour purifier les temples. Mais les temples étaient vide. Alors, Mordred leur a dit : "En vérité, je vous dis qu'aucune pierre ne devra rester debout, tout devra être démoli." Et ceux qui étaient avec lui furent émerveillés par la puissance du feu et à celle de sa voix sur les flammes.

     

    Ils disent que neuf navires célestes furent visible dans le firmament, au moment de leur défaite finale. Selon la légende, six d'entre eux étaient directement en route vers la fin du monde, mais les trois autres restants disparurent dans ce ciel, devant tout le monde. Les Neufs ont du survivre, mais les dieux étaient morts.

     

    La Grande Illusion

     

    Le Miroir ne parle plus. Peut-être qu'il ne l'a jamais fait. Il y a longtemps qu'il avait été un portail, comme chaque miroir devrait en être un. Désormais, ces portails étaient infranchissable et ils te révèlent d'autres mondes, que tu ne découvriras jamais et ne comprendras jamais.

     

    La Grande Illusion 2

     

    J'ai eu un rêve. Non un rêve ordinaire. Aucun miroir, ni image, ni monde.

    Scellés.

    Bannis.

    Oubliés.

     

    Il n'y avait pas de chant dans le royaume,

    Les écritures brûlaient,

    Les temples, furent rasés jusqu'au sol.

    Seuls les fous ont reconnu

    La vérité

    Et révélé

    La peur.

     

    L'Age de la Purification et du Renouvellement

     

    Question : "Qu'est-ce qui peut être trouvé derrière le mur ?"

    Réponse : "Le vide."

     

    Citations :

    "Libère ton esprit."

    "Ne crois en personne"

     

    L'Age du Tyran,

    ou le Destin du Fils Déchu :

     

    Question : "Qu'est-ce qui peut être trouvé derrière le mur ?"

    Réponse : "Le vide et les Neuf."

     

    Citations :

    "Il est faux de croire que la technologie des portails fut basée à partir de l'accomplissement de la magie."

    (Le destin du Fils Déchu)

     

    "Qu'est-ce qui me rend si puissant ? Premièrement, je reconnais un mensonge; deuxièmement, je détecte et utilise les opportunités et troisièmement, la discipline."

    "Je maîtrise un simple sortilège. Seulement un simple sort. Mais c'est indubitablement ce sort qui est plus puissant que toute la magie des anneaux, des rites et des divinités réunis. Quiconque a des oreilles, entend :

    La connaissance est le pouvoir."

     

    L'Age de la Décadence

     

    Question : "Qu'est-ce qui peut être trouvé derrière le mur ?"

    Réponse : "... L'espoir."

     

    Citations :

    "Nous aspirons au leadership et à la destinée - ceci et seulement ceci est notre chute."

    "Quel événement imprévisible. Les Neuf ont réveillé l'Elu. L'ennemi de votre ennemi..."

    "Je suis un monstre."

    "Arthur, je t'appelle."

    Penser et vivre dans les fragments a de nombreux avantages. Tu n'as pas besoin de réponse. Mais tu devras toutefois les rechercher dans l'ordre pour trouver plus de questions. La clé est clairement dans la question, et non dans la réponse. Seulement dans la bonne question. Elle contient toutes les réponses.

     

    I. La Purification de la Terre Promise

    1. La Neuvième Vague

    2. Le Crépuscule des Dieux

     

    II. Le Réveil

    3. Les Prophéties

    4. Au Seuil du Temps

     

    III. La Perturbation dans

    l'Ici et le Maintenant

    5. Les Cendres de l'Eternité

     

    IV. Le Miroir Parle

    6. Les Souvenirs Distants

     

    V. La Perturbation dans l'Ici et le Maintenant (Reprise)

    7. Le Saint Graal

     

    VI. La Descente des Neuf

    8. Le Trône

     

    VII. Le Déchu et l'Elu

    9. Ame Sacrée

    10. La Machine aux Miracles

     

    Les Mots du Corbeau :

    "La reprise de Camlann, la Terre Promise, a été mon objectif principal aussi peu que la réunification des Neuf. Depuis le commencement, la conquête de simples mondes, en particulier ce monde-là, était d'intérêt secondaire pour moi. Bien sûr, l'idée d'être idolâtré comme une divinité m'avait séduite. Je ne nie pas cela. Et il est tout aussi véridique que je ne pourrais pas nier toutes les accusations qui ont été dirigées contre nous, chose qui a précipité notre départ si hâtif. Cependant, il faut le dire, beaucoup de ces reproches à notre encontre demeurent encore infondées. Heureusement, le cours des choses s'est, par la suite, tourné en notre faveur. Bien que Fortuna (une petite personne assez capricieuse) n'a pas joué son rôle en cela. L'art de forger des plans à long terme, si vous voulez reconnaître cela, est l'une de mes spécialités absolues. Et ce n'est pas entièrement sans fierté que j'aime à mentionner ceci en un point : "Le feu résout tous les problèmes", cela a toujours été mon credo.

    En dehors de ça, au aucun cas nous ne pourrions être tenus comme responsables des erreurs qui ont découlé du renoncement. Elles sont les conséquences logiques d'une guerre qui n'aurait jamais dû être menée, mais a été menée de façon assez désagréable.

    Reconnaître et utiliser les opportunités. Ce fut, et c'est ma devise. En ce sens, le Déchu me ressemble comme aucune autre créature, je dois bien admettre ceci.

    Même maintenant, après avoir perdu son entière autorité, il reste toujours supérieur à mes semblables sur plusieurs points. Il avait de nombreux talents, et de la patience dans l'observation, l'apprentissage et la compréhension. Ceci était, et demeure, un problème. Surtout son problème. Il ne m'avait jamais déçu.

    Par exemple, aucun des autres ne semblait être prêt à remarquer, que l'Ours (Leur grand et bien-aimé Ours) devait prendre une fin irréversible la plus déplorable et malheureuse longtemps avant ces événements. Une chose qui arrive très rarement de cette façon à mon peuple.

    Comme cela a pu être mentionné en d'autre point, les décès du Renard et du Lièvre ne sont en revanche que temporaires et n'ont aucune répercussion sur leurs futures et précédentes actions. Quelqu'un doit payer le bilan des morts. Cela n'est vraiment pas un choix facile pour moi. En cela, ils peuvent être assurés de mon éternelle gratitude et profonde dévotion. 

    Ces deux-là savaient comment attirer l'attention et indubitablement faire preuve d'un certain charme, ils ont du style et sont... vicieux. Une combinaison réussie, mais non rare. Je dirais.

    Sommes-nous dont des amis ? Pas vraiment. Sommes-nous frère et soeur ? D'une certaine façon. Mais ce n'est pas tout à fait ça. Donc, que sommes-nous ? Une communauté d'objectifs, je suppose. Des alliés dus aux circonstances.

    Suis-je le Plus Grand ? "Est-ce même souhaitable ?", je me le demande. L'Ours était jadis le Plus Grand. Désormais, c'est son golem qui sonne étrange à mes oreilles.

    Ai-je une part de responsabilité dans la mort de L'Ours ? Forcément. Du moins pas directement. Je ne suis même pas sûr qu'on puisse parler de meurtre, d'homicide involontaire, d'accident ou d'une série d'événements malheureux. Ici, ces choses sont un peu plus compliquées.

    Ai-je déjà mentionné le nom secret de l'Ours ? Non ? Bien, l'Ours s'appelait Arthur. Un nom particulièrement chéri dans ton monde. Toutefois, ici, ce nom n'est plus vraiment d'usage à cause des passages documentés de mon frère, jadis si hautement considéré. Le problème avec Arthur était qu'il avait un coeur bon, comme vous le penseriez probablement. C'était une chose complètement surfaite et inutile, si vous me demandez mon avis. Mais c'est très contagieux, puisque même son golem est bon.

     

    J'ai certainement joué mon discret rôle dans la création de cet être ainsi que la conception d'un réel prétexte duquel cet être s'est personnifié pour devenir si crédible. Un très bon travail.

    Par la suite, la puissance des miroirs a fait le reste. Ceci est comment cela a toujours été et comment cela sera toujours. Le spectateur arrive juste pour voir ce que le spectateur veut voir...

    Toutefois, malgré toutes les mesures que j'ai du prendre et le grand effort dont j'ai fait preuve dans ce travail colossale, et pour des raisons qui ne m'ont pas vraiment été expliquées, le Déchu fut considéré comme le Traître, si tu veux le dire ainsi.

    Il était un très bon disciple, sans aucun doute mon chef-d'oeuvre. Je pourrais prétendre désormais que j'ai choisi son nom comme une question de prudence. Ce n'est pas le cas. J'aime le nom. C'est tout.

     

    Ma famille ne devrait pas être décrite comme extrêmement martial. Cela ne peut pas vraiment nous être attribué. Dans notre cercle, il y a certainement des visions différentes sur ce sujet extrêmement délicat, quand même, le nombre de guerres dont nous sommes à l'origine est, en comparaison, petit. il va sans dire que le Renard, le Lièvre et moi-même considérions la guerre comme un ratio ultime, et nous sommes un peu plus ouverts à ce problème peu glorieux que le reste de nos congénères. Donc, une quantité considérable de compétences diplomatiques est nécessaire afin d'inciter les autres à prendre une lourde décision contre leur si profondes convictions pacifistes. Comme d'habitude, nos décisions sont prises démocratiquement, ce qui fonctionne merveilleusement bien à petite échelle.

    Nous ne menons pas les guerres comme un amusement. Mais c'est un fait avéré que des mesures radicales telles que la guerre ne peuvent être utilisées qu'à titre très dissuasif. C'est uniquement pour cette raison que nous étions bannis de toute discussion concernant les guerres de religions. Un feu purificateur, en cela je suis également d'accord avec le Déchu,  est bien plus efficace dans une telle entreprise. Mère Néant nous remercie et le jeu peut recommencer. Alors quand est-ce que la guerre devient-elle un dispositif éprouvé ? Pour la diversion.

     

    Le résultat n'a même pas d'importance à la fin.

    Qu'importe qui gagne la guerre, qui perde le monde. Tu n'as pas besoin d'être un écolier pour savoir cela. En tant que vainqueur, tu peux vivre dans la luxure pendant un moment, puis, il arrive qu'un jour...

    Peut-être que maintenant tu peux deviner ce qu'il a fait, Mordred, si dangereux pour nous dan cette situation, et c'est là que le dilemme actuel commence.

    Parce qu'à part le meurtrier - ce fut le Lièvre - et moi, il était le seul qui connaissait la vérité. Le fait qu'il ait acquis ce savoir donne du crédit à l'intuition à cet ancien plus haut de nos serviteurs, celui-ci même qu'il a utilisé pour être le plus longtemps dans le plus grand dévouement. Acquérir une vérité totale n'est pas une privilège. Connaître la vérité signifie souffrir. C'est le véritable enfer. C'est assez intéressant, les hauts arts de la tromperie ont toujours été aussi répugnants pour lui. Son seul défaut grave, mais fatal, si je devais être autorisé à le dire ainsi. Des batailles cruciales ont été combattues, et comme il l'avait été planifié, nous étions entièrement capables d'emporter la victoire. Et ceci même si nous n'aurions remporté aucune de ces batailles. Alors voici comme tout cela a été organisé, avec l'art de la guerre et le mensonge. 

    Je suis sûr qu'il été conscient de l'enjeu. Parce qu'il nous connaissait. Le prix qu'il a eu à payer était sans aucun doute dur mais juste : la damnation éternelle.

    Pourquoi n'avons-nous pas rejoins les autres espèces dans l'exil ? De nombreuses choses ont du être préparées pour... Bien, laissons cela pour un moment ultérieur.

     

    Le rêve d'un monde sans dieu était voué à l'échec. Car des dieux mauvais ou injustes est toujours mieux qu'aucun dieu du tout, je ne peux pas dire que nous sommes de mauvaises ou injustes divinités. Nous ne sommes que ce que les gens font de nous. Et notre adversaire devrait être bien averti de cela. La damnation lui enseignera l'expiation. Ses purges s'éloignaient du plan, même nous étions surpris par cette véhémence. A proprement parler, nous n'avions eu qu'à attendre. Tout le reste se produira seul tôt ou tard. Puisque nous commandons un contingent presque limité en temps - laissons de côté l'Ours - ceci est l'une de nos tâches les plus faciles. Aucun mur ne tient éternellement. Le Déchu devrait savoir cela aussi.

    Donc, que sommes-nous exactement ? ...

    Je voudrais souligner que le terme de vendeur ambulant nous décrit avec exactitude. Nous ne sommes absolument pas, et ceci devrait être clair à chacun d'entre vous, immortel. Le contrat pour notre peuple que le Renard, le Lièvre et moi-même pourraient extraire du Temps, la vieille sorcière, en un autre rêve, ce rapproche extrêmement de ce que vous appelez "éternel", quoique.

     

    Un mythe comme celui-ci a son origine dans le mot et se termine toujours de la même façon. Chaque être est assoiffé par le salut. Sans dieux, il n'y a aucun salut. Quoi d'autre, si l'autodestruction n'est pas censée en résulter ? Le Temps est pleinement conscient de cela et observe l'émergence permanente de nouvelles divinités de toutes sortes comme une idée absolument souhaitable. Conduisant la force des univers, elle l'appelle tout à fait convenablement. Tout cela finit par convenir à son existence, car même elle n'est pas sans fin.

    Les divinités définissent de façon naïve le début et la fin. Elle aime, non, elle raffole de ça. Et c'est exactement ainsi que nous avions réussi à la convaincre de la légitimité de notre requête. C'est justement pour cette raison qu'elle a pris le Graal pour qu'il soit de bonne garde et nous a finalement aidé a briser le sceau final.

    En outre, pour la perspective de son perfectionnement complet (après avoir atteint une fin qui, à  ce jour, n'est pas encore définissable), Mère du Vide aussi s'entend avec notre petite troupe. Elle n'aime personne et est imprévisible. Cela devrait être clair. Gratifiant, nous ne nous sommes pas encore réunis. Les Nornes nous ont dit autrefois qu'elle portait un manteau de trou noir. Depuis, nous savons au moins ce qu'il faut chercher. Ainsi, nos allégeances aux anciens sont stable et sûre.

    Cela nous amène au véritable problème qu'est cette réflexion universelle concernant les événements par-delà le Miroir Rouge, l'enfant fou des Titans, nommé le Feu. Tout le monde joue avec lui, mais très peu en retiennent des leçons. Même l'auto-proclamée Reine des Fées, le Temps, est effrayée de son neveu capricieux, qui aime s'appeler lui-même Revivre.

    Peut-être que maintenant tu comprends ce qui m'a guidé depuis le commencement. L'être taciturne qui s'appelle l'Espace est supposé d'avoir dit un jour ces mots-là : "Dominez le feu et vous dominerez les mondes". Je domine.

    Cela a été une si longue route et des mondes ont été sacrifiés. Cela n'en valait-il pas la peine ?"

     

    "Donc et seulement donc, nous nous engageons dans ce jeu d'aveuglement avec une persistance dévouée : être encouragé de cette sombre pureté qui nous semble être comme une lumière divine."

     

    C'est là que les écrits s'achèvent.

     

     

     

    VIII. A Travers le Miroir Rouge

    11. Grande Parade

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique