• Accueil - Portail des Contes et Sagas

    Bienvenue sur le Blog d'Alphasia 

     /!\ NOUVEAU /!\ 

    Le site WEB est désormais disponible :

    www.alphasia-fantasy.fr

    Accueil - Portail des Contes et Sagas

    Contes épiques, prophéties, rhapsodies, sagas légendaires, Cathédrale des Sentiments, malédictions ancestrales... Voici ce que je peux vous proposer ici !  
     
    Sortez votre bouteille d'hydromel, posez-vous où bon vous semble, et plongez dans les mondes fabuleux liés par le titanesque Portail Atlas Millenius, forgé par la Légende Disparue Braltaly... Oups ! Le Spoil ! 
     
    Rah ! Mais qu'importe, vous voici dans mon blog où sont concentrées l'ensemble de mes histoires épiques, lyriques et rhapsodiques. En voyageant parmi ces mondes, vous découvrirez des héros et légendes féeriques qui lient une multitude de ces mondes différents. Inspirées par bon nombre de groupes de Metal épique, ces contes et légendes forment un véritable Multivers ! Alors n'hésitez pas à d'abord vous installer en Alphasia, berceau de ma créativité, avant d'observer les étoiles et de choisir laquelle sera votre guide pour la suite de vos explorations parmi ces si nombreux univers fabuleux !
     
     
     
     

    _

    __

    ___

    _____

    _______

    Etherius a dit qu'une apocalypse ne frappait jamais qu'une fois et reste présente éternellement. Un monde ne peut donc jamais disparaître? Possible ! Mais, comme je le dis toujours, toute chose a une fin ! Rien ne peut échapper à la finalité. C'est cela que l'on appelle Destin. Un monde n'a pas véritablement d'aube pourtant, ou alors, cette dernière nous est cachée. Mais l'éternité peut-elle réellement exister ? Et bien, malheureusement, oui. Tant qu'il y aura quelque chose, il y aura toujours une éternité, puisque la nature de chaque chose est un être, une essence. Cette chose, c'est autant le tout que le rien, constituants l'aube infini et le crépuscule infini de l'Eternité. 
     
    Et c'est de cela que toutes ces histoires vont principalement traiter. Chaque conte est une limbe d'Eternité.
     
    Erxalion, 

    _______

    ____

    ___

    __

     _
     
    ACTUELLEMENT EN COURS D'ECRITURE :
     
    [RHAPSODIES d'ALPHASIA 7 : RUNNING WILD LOCOMOTIVE]
     

    Accueil - Portail des Contes et Sagas

    ------------------------------
     Image de fond : "Storm in Rocky Mountains" d'Albert Bierstadt
    ----------------------------
     
     
     
     
     
     
  • Puits d'Amour en Bordeciel

         

    Dans votre voyage parmi les majestueuses contrées de Bordeciel, vous aviez dû effectuer votre pèlerinage vers le Haut-Hrotgar, au sommet de la Gorge du Monde. Le dernier village que vous avez traversé est Fort-Ivar ouvrant la voie des 7000 marches qui dessinent votre ascension de la plus haute montagne de Tamriel. Mais pour parvenir à Fort-Ivar, il existe beaucoup de chemins. C'est l'un d'entre eux qui va nous intéresser. Situé au Nord du village, dans la continuité du sentier longeant l'antre du Troll des cavernes, vous tombez sur les vestiges de ce qui semble être une très ancienne habitation. Et parfois, en passant par ce sentier, des feux follets vous encerclent et, surgissant de la colline dominée par un vieux puits, une lucereine vous attaque.

    Maison en ruines, au Nord de Fort-Ivar, là où apparaît de temps à autre une Lucereine.

     

         Rencontrer des créatures lors de nos aventures dans un RPG est une chose anodine. Mais parfois, certains détails ne sont pas laissés au hasard. Si je vous dis que le cas de la lucereine auprès du vieux puits, au Nord de Fort-Ivar, renvoi à la fois à une légende de Paris ainsi qu'à l'origine folklorique de la prolifération des rats dans cette même ville et à une révolution gauchiste du XIXème (toujours à Paris) vous allez sans doute vous poser des questions sur mon état mental, et pourtant...

    15 février 1831.
    Paris,
         Ce jour-là, le peuple est en colère, il descend dans les rues pour de nouveau se faire entendre. L'émeute tourne vite au vinaigre, l'archevêché de Paris est complètement détruit. Les églises de l'Assomption et de Saint-Roch tiennent contre les révoltés. Mais à Conflans, la maison de l'Archevêque est totalement détruite. Puis, les forces de l'ordre interviennent. Les tirs de baïonnettes éclatent, des hurlements stridents leurs répondent et, le vent se lève...
    Bien plus tard, lors du nettoyage de la rue, on trouve sur les ruines de l'archevêché trois petits papiers parmi les débris. Ces papiers vont inspirer le folklore, la cuisine française, et Bethesda.
    Parce que ces papiers racontent l'histoire du Fantôme du Puits d'Arianne.

    Gravure du carrefour où se serait déroulée l'histoire

     

         Il était une fois, à Paris, un beau jour de juillet, une femme accablée par le désespoir d'amour, se jeta dans un puits. Malheureusement, ce fut un triste malentendu entre elle et celui qu'elle désirait qui l'a poussé dans le puits. Car en vérité, l'homme l'aimait. Bien entendu, mis au courant de la tragédie, l'homme accourut immédiatement au puits, mais les archers avaient déjà enterré le corps, sans cérémonie funéraire, ni messe, car elle avait quitté le monde par le péché, le suicide étant condamné par l'église. Totalement écrasé par le chagrin, le malheureux implora l'aide du Ciel. Il continua longuement ses prières, réclamant le retour de sa bien-aimée. C'est alors que la brume se leva et que le fantôme de la belle fit son apparition. Pourtant, elle n'avait rien d'un fantôme, elle était telle qu'il l'avait vu la dernière fois. Sans attendre, ils se serrèrent dans les bras et jurèrent de ne plus jamais se quitter. Ainsi, chaque nuit, à la même heure, l'homme retrouve le fantôme de sa belle, et ce pendant huit semaines, jusqu'à ce qu'elle disparaisse à nouveau. Intrigué, l'homme continua de retourner au pied du puits dans l'espoir de revoir sa dulcinée. Mais elle ne reviendra plus. Au bout de quatorze jours, il perdit espoir de la revoir et sombra dans la mélancolie, une fois de plus.
         Mais un soir d'orage, alors qu'il dormait, une voix soudaine le réveilla. Pourtant, il n'y avait personne auprès de lui, la voix venait de l'autre monde et lui disait de retourner auprès du puits. Convaincu de revoir enfin sa bien-aimée, il sortit immédiatement dans la rue, peu vêtu, sous la pluie et l'orage tonitruant, si heureux à l'idée de se retrouver encore dans les bras de sa belle. Mais une fois encore, le carrefour où se situait le puits était désert. Ses appels furent couverts par l'éclat déchirant de la foudre tandis qu'il cherchait sa dulcinée. A défaut de la revoir, il trouva un bébé au pied du puits. C'est alors que la voix de l'autre monde apparut et lui dévoila qu'il s'agissait de son fils. Oui, de l'enfant qu'il a eu avec le fantôme de sa dulcinée. L'enfant n'avait rien d'humain, il était né de l'amour d'un mortel et d'un fantôme, c'était un incube, un rejeton de l'enfer. Étant un homme de Dieu, l'homme prit peur de son enfant et le jeta dans le puits.
         Par la suite, l'enfant maudit vécu au fond du puits et donna naissance à une horde d'être démoniaques à l'image des rats. On dit que c'est depuis ce jour que les rats prolifèrent dans la ville de Paris.

    Gravure d'Agnès Hellebic

     

         La version de l'histoire que je viens de vous raconter est la plus générique, comme toutes les histoires de Dames Blanches, il en existe de nombreuses versions mettant en scènes diverses personnalités religieuses et politiques de ces derniers siècles. Toutefois, toutes les versions s'accordent à dire que cette histoire s'est déroulée au même endroit que l'on peut encore visiter aujourd'hui : à l’angle des actuelles rues Pierre-Lescot et de la Grande-Truanderie, en plein Paris. Donc, si un jour vous vient l'idée de vous promener dans la capitale, n'hésitez pas à passer dans ce fameux carrefour. Posez-y une petite fleur, quelque part (le puits n'y serait plus), dégustez aussi une confiserie typiquement française qui se réfère à cette même histoire, un petit Puits d'Amour avec la personne que vous aimez, le tout à la mémoire de cette tragique histoire d'amour, afin d'apaiser les deux esprits tourmentés par leur chagrin. Et surtout, évitez d'y aller la nuit, les promeneurs nocturnes ne gardent jamais de bons souvenirs des Dames Blanches.


    2 commentaires
  • -->Jeux de Rôle Papier <--

    (Afin de varier l'écriture des Symphonies d'Alphasia, des partie de jeux de rôle papier seront organisées et enregistrées. Découvrez une nouvelle facette d'Alphasia où les héros seront cette fois-ci armés de dés et crayons !)
     

    Syndrome Faeries:

    (Voici une petite histoire faisant office de préquel au Journal de la Solitude. Un petit conte qui vous apprend que ce n'est pas parce que le joie ne fait pas partie de notre vie, que nous devons ignorer la fantaisie: La féerie nous rattrape tous un jour ou l'autre, et jamais comme on pourrait s'y attendre !)
     

    Bibliothèque d'Alphasia:

    (Alphasia est un monde aux histoires infinies et toutes aussi surprenantes les unes que les autres. Ces appendices vous transmettront contes de fées, événements historiques majeurs, et autres petites anecdotes qui enrichissent ce fabuleux monde.)
     

    Le Prince des Etoiles

     (Cette histoire se déroule dans le monde féerique d'Alphasia, sur les îles du Sud du Continent Elaros. Ici s'écrira la saga d'un prince s'aventurant pour une quête mystérieuse : Les étoiles disparaissent petit à petit. Etant le seul être en Alphasia à constater cet effacement sur la voûte céleste, les divins s'en rendirent rapidement compte et s'unirent pour lui offrir toute l'aide possible afin de résoudre cet inquiétant mystère.)

     

    Chroniques Noires : Saga du Tigrex Noir

    (Gardemine et Dondruma vivent leurs heures les plus sombres. Une diabolique prophétie, jadis considérée par tous comme un simple conte de fées, s'avérait être vraie et menace à présent de faire basculer le Continent Unique. Plongez dans cette saga de chasseurs de dragons inspirée du jeux vidéo Monster Hunter. Et n'oubliez pas que même unis, l'impossibilité existe; Seule une Légende peut éradiquer une Malédiction.)

     

     

    -Atlanteus-

    (Tandis que Dondruma est Gardemine luttent contre une vieille malédiction, une grande odyssée se déroule sur les mers et océans mal connus du royaume de Midgard...) 

     

    Skyrim : La Saga d'Alyfer

    -Black Wings-

    (Alyfer, Haut-Dieu d'Alphasia se retrouve sur les contrées de Skyrim avant son retour en Alphasia. Le Dieu de l'Aventure et de la Chasse se lance alors dans l'une de ses quêtes les plus épiques.)

     

    Storytime

     (Vous trouverez ici la liste des PDF de l'émission "Storytime" que je réalise sur Youtube. Emission de vulgarisation dédiée aux contes folkloriques et paranormaux.)

     

     

    --->Gazette d'Alphasia<---

     (Ici, vous trouverez des articles divers)

     

    (Autre que conteur d'histoire, je suis aussi traducteur. Mes textes sont inspirés uniquement de la musique que j'écoute. Et donc, je vous propose de découvrir les artistes qui m'inspirent par le biais de mes traductions.)
     
    (Je suis aussi explorateur urbain. Vous retrouverez ici les vidéos et photographies de nos explorations avec mon amie Urbex Dark Wolves²)
     

     

     

    votre commentaire
  • Cet été, j'ai encore lu des contes.

    Mais cette fois-ci, il ne s'agissait pas d'anciennes histoires folkloriques locales, ni de récits médiévaux (mon étude sur Les Quatre Chevaliers Aymon m'a gavé du point de vue religieux... je vais faire une pause sur la geste féodale...)

    Non, cet été, j'ai lu des contes et des histoires arc-en-ciel ! Il s'agit d'histoires du quotidien, de ces petites péripéties chevaleresques que l'on affronte pour montrer au monde que notre portrait n'est pas dangereux. Ce sont aussi des petits contes que l'on vit à s'équiper de la plus resplendissante armure ainsi que de l'épée la plus prestigieuse, pour affronter et vaincre nos peurs et notre éternelle timidité.

    Mais surtout, ce sont des petites histoires qui ont pour objectif de vaincre le vil dragon du stéréotype !

    Contes et Histoires Arc-en-ciel (Collectif) - éditions Goater

    Il est vrai que les stéréotypes liés au genre et à la sexualité font tâche dans le milieu du conte et des histoires courtes. Le problème ne vient pas directement de l'auteur.trice lui.elle-même puis on ne peut pas reprocher quelqu'un de vouloir se créer son petit idéal dans son coin (l'imposer, c'est pas cool par contre). Sauf que la société a une grande part de responsabilité dans ces stéréotypes automatiques car elle nous gave de codes, d'images et d'idées encore bien sexistes. Mais bon, je ne vais pas vous refaire le monde, vous savez comment notre société fonctionne...

    Puis, c'est là qu'arrive un petit livre qui chamboule tout.

    Contes et Histoires Arc-en-ciel des éditions Goater. Il s'agit d'un recueil de contes rédigés par plusieurs auteurs/trices aux profils différents présentés par le CGLBT+ de Rennes (NB : Le CGLBT+ de Rennes a pour objectif de regrouper lesbiennes, gays, bi-e-s, transgenres de tous âges pour combattre les discriminations et lutter pour l'égalité). L'ouvrage nous propose donc quatorze contes et histoires courtes prenant places à la fois dans des mondes fictifs, ainsi que dans notre société actuelle. Nous suivons les aventures de protagonistes aux sensibilités et combats différents dans ces histoires rédigées dans le style typique du conte :

    -> Un(e) héros.ïne se lance dans une aventure dans le but d'accomplir une quête. Ici, la quête est principalement liée à la sexualité du personnage principale, et l'aventure est le parcours jonché d'obstacles que lui impose la société.

    A la lecture des contes, eh bien... il est frappant de voir à quel point de belles histoires féeriques, même épiques, n'ont pas besoin de dragons, de batailles et de prophéties pour capter immédiatement notre attention. Les auteurs.trices parviennent à créer un rythme efficace et un suspens particulièrement accrocheur. Nous suivons ces quatorze aventures avec une grande curiosité marié à un amusement constant ! J'ai vraiment pris plaisir à lire ces histoires toutes très différentes les unes aux autres et il est vraiment génial de découvrir des identités propres à chacune d'entre elles. Les auteurs.trices reflètent avec merveille leurs combats et personnalités sur leurs contes. Auteurs.trices que nous présentent l'ouvrage tout à la fin (oui, un recueil de contes qui présente ses auteurs.trices, ça existe !). Au final, et je me répète (mais c'est très important) l'ouvrage nous montre à quel point les stéréotypes sont très négligeables pour accrocher à une histoire.

    L'idéal est trop personnel pour pouvoir le partager à tout le monde. Le recueil "Contes et Histoires Arc-en-ciel" nous montre à quel point il est nécessaire de faire des rencontres diverses et de s'inspirer des différents profils qui nous entourent pour enrichir nos histoires.

    Il est vrai qu'en tant qu'auteur de Fantasy, je tombe souvent dans le piège des stéréotypes liés au genre et à la sexualité sans m'en rendre compte et c'est vraiment pénible. Si vous êtes dans le même cas que moi, je vous conseille cet article très révélateur et intéressant, rédigé par Audrey Alwet, sur le sexisme accidentel chez les auteurs.trices : Cliquez ici pour lire l'article en question !

    Pour conclure, en lisant chaque biographie des auteurs.trices, j'ai pu découvrir différentes personnalités très touchantes via leurs sites web qui m'ont fournis énormément d'informations sur les combats qu'ils.elles mènent quotidiennement et les problèmes de la société qui nous échappent souvent. Je lis souvent des recueils qui ne lâchent aucun mot sur les auteurs.trices qui constituent le coeur de ces ouvrages et je trouve cela vraiment dommage car la personnalité derrière une histoire nous offre souvent bien plus que l'histoire elle-même. 

    Je tiens donc à féliciter et à remercier les éditions Goater ainsi que le CGLBT+ de Rennes pour la réalisation de ce superbe ouvrage. Continuez vos aventures, il y a toujours des quêtes à accomplir :)

    LIENS :

    -> Site Web du CGLBT

    -> éditions Goater  

     


    votre commentaire
  • Deux lunes tournent autour d'Alphasia : Aloenith et Azurël.

    Une année en Alphasia comprend 158 jours. Une journée comprend 28 heures. Les mois n'ont pas tous le même nombre de jours et portent les noms de certaines divinités d'Alphasia. Voici comme se compte une année, à l'heure actuelle, en Alphasia :

    MOIS D'INTERSAISON HIVER->ETE
    -Mois de Nora : 50 jours.

    SAISON CHAUDE :
    -Mois d'Ylën : 14 jours.
    -Mois d'Eklisias : 15 jours.

    MOIS D'INTERSAISON ETE->HIVER
    -Mois d'Alyfer : 50 jours.

    SAISON FROIDE :
    -Mois de Naïmos : 14 jours.
    -Mois d'Antumnoën : 15 jours.


    4 commentaires
  • Les Civilisations d'Alphasia :

    Les Hommes :

    Ils sont les garants actuels de l'écriture de l'Histoire du Monde Connu. Les Grands Ecrivains d'Alphasia, les Premiers Artistes, les Bâtisseurs d'Empires, ou les Révoltés... Tant de noms que leurs attribuent les autres peuples et civilisations. L'histoire des hommes a, depuis leur arrivée en Alphasia il y a bien des millénaires, totalement bouleversé le cycle d'Alphasia. Lorsque les démons sont calmes, les roi humains lancent leurs conquêtes et de nouvelles guerres éclatent. Les hommes ont toujours prétendu rechercher la paix alors qu'ils ont le plus souvent été les racines des grandes guerres. Les autres civilisations ont toujours été méfiantes envers eux, tant leur ambition et volonté est démesurée. En ce sens, ils ressemblent quelque peu aux dragons et pourtant, leurs relations ont toujours été étranges. Véritablement opposés, les dragons et les hommes se sont toujours livrés batailles tout le long de leur histoire. Or, d'anciens récits évoqueraient le fait qu'ils ne faisaient qu'un à l'aube de leur histoire. Mais leurs origines sont voilées de mystères, beaucoup d'humains considèrent Alyfer comme leur Dieu-Père alors que celui-ci même est né après l'aube des hommes. Mais de récentes découvertes de vestiges anciens ont dévoilé les traces d'une religion mythique tournant autour de la déesse Adélaïde, sur les fresques de ce temple été représentés des Premiers-Hommes faisant culte à la déesse. Immédiatement, quelques groupuscules et communautés humaines reprirent le culte de la Déesse-Mère, y voyant ici le signe du retour de leur aube perdue. Mais à ce jour, rien n'a été confirmé concernant l'origine de cette religion.

    Mais malgré les forteresses, les empires et les grandes stratégies de guerre qui marquent durement l'histoire des hommes, il y a un autre trait de leur civilisation qui a, cette fois-ci, enchanté Alphasia plutôt que de la ravager : Les arts. L'inépuisable créativité artistique des hommes a tout simplement charmé l'ensemble des autres civilisations du Monde Connu. Les Haut-Elfes disaient d'eux "Sans violence ni ravage, nous avons établi des royaumes grandioses et bien plus vieux que ceux des hommes. Mais de loin, ils nous seront supérieurs en ce qui concerne la composition de la beauté des choses. L'art des hommes n'est pourtant pas qu'un art du Beau, il est l'expression sincère des visages cachés de notre monde et en cela, ils constituent, par leur art, les véritables magiciens enchanteurs de notre monde et de notre propre essence."

     

    Les Anges :

    Les anges ont bel et bien existé mais ont tous disparu il y a fort longtemps. Selon les textes antiques, ils seraient descendus d'une des deux lunes d'Alphasia afin d'apporter la Culture ainsi que les bases de la Politique lors de l'Ere Mythique. Malgré quelques écrits et fresques à leur sujet, leur histoire est voilée de mystères.

     

    Les Dragons :

    Ils constitueraient les Premiers-Nés d'Alphasia et sont, à ce jour, la plus ancienne espèce vivante en Alphasia. De nature très solitaires, les dragons ont toutefois un grand territoire où règne leur roi Thorus. Comme dans tout monde, les Dragons ont plusieurs races, de grands pouvoirs variants en fonction de leur habitat et surtout une grande soif de richesse et de puissance. Pourtant, ils seraient à ce jour à l'aube de leur déclin. Le Roi-Dragon Thorus a été trahi par un de ses plus fidèles alliés, le Mage Blanc Elyos'Ell. Ce dernier a constitué une véritable armée de tueurs de dragons, conduisant ainsi l'espèce ancestrale proche de sa disparition. La Guerre Dragonnique s'étant arrêtée, désormais, peu de dragons demeurent en Alphasia. Le dernier dragon ayant porté un nom connu des hommes était Roggnyr, qui a été tué par le Roi élu à Deïnor, il y a 20 ans.

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique